SFRO 2019 – La stéréotaxie, une alternative thérapeutique face à la chirurgie dans le cancer du poumon non à petites cellules (CBNPC)


  • Elodie du Potet
  • Actualités des congrès en Oncologie
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans le cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC), la stéréotaxie est un traitement non invasif, facile à tolérer, affranchi des complications post-opératoires.
  • La stéréotaxie s’impose comme une alternative sérieuse à la chirurgie pour les patients à haut risque dans les stades précoces, dans l’attente de l’avènement de l’immunothérapie.

Pourquoi c’est important ?

  • La chirurgie est le traitement historique des stades précoces du CBNPC, avec une survie à 5 ans de 60 à 70 % lors d’une lobectomie avec curage.
  • Selon une étude comparative récente, la mortalité est cependant importante, augmente avec l’âge (notamment après 70 ans) et elle est 4 fois plus élevée qu’avec un traitement par stéréotaxie après 80 ans1.

Données clés

  • L’avènement de la stéréotaxie permet d’obtenir un contrôle local de plus de 90 % et une survie à 5 ans au moins équivalente à celle de la chirurgie, avec une bonne tolérance.
  • Cette option thérapeutique s’avère utile à tous les stades de la maladie, et la stéréotaxie est désormais le traitement standard des patients de stade I non résécables.
  • Pour les patients résécables, la sélection des patients est guidée par quatre paramètres : l’âge, le performans status, la fonction respiratoire et les comorbidités.
  • Chez les patients à risque normal, les deux stratégies sont possibles, la décision est à partager avec le patient dûment éclairé.
  • Chez les patients à haut risque, la stéréotaxie semble se positionner comme la meilleure option thérapeutique en raison de son faible taux de complications.