SFR : Une photo hexagonale de la maladie de Horton

  • Dr Dominique-Jean Bouilliez

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L'artérite à cellules géantes (ACG), ou maladie de Horton, est une vascularite systémique primitive des artères de gros et moyen calibres. Elle peut entraîner une perte de vision chez 20 % des patients et nécessite souvent la prescription de glucocorticoïdes au long cours. On connaît peu son épidémiologie en France ainsi que les caractéristiques des patients, l'approche diagnostique et la prise en charge thérapeutique en vie réelle. D'où l'intérêt cette étude rétrospective menée chez 241 patients ayant une maladie de Horton. Pour réaliser ce travail, Valérie Devauchelle (Brest) et son équipe se sont servis de la base de données EGB (Échantillon Généraliste des Bénéficiaires) qui est un échantillon aléatoire et représentatif à 1% du système national d'Assurance maladie contenant des données médicales et démographiques anonymes sur les affections de longue durée (ALD), les hospitalisations et les demandes de remboursement des médicaments délivrés en ville.

Il en ressort que la prévalence de la maladie de Horton est de 150/100 000 personnes de 50 ans et plus avec environ 24 patients nouvellement diagnostiqués/an et une incidence annuelle de 7 à 10/100 000 personnes de 50 ans et plus. Au total, 72 % des patients sont des femmes, et l'âge moyen est de 77,5 ans. La plupart des patients sont traités avec des glucocorticoïdes seuls alors que les adjuvants, principalement le méthotrexate, sont administrés à 15 % des patients. Le recours à une biopsie de l'artère temporale observé chez seulement la moitié des patients pourrait refléter une évolution des pratiques diagnostiques avec une utilisation croissante des techniques d'imagerie.