SFR : Fractures vertébrales en cascade : y veiller tout particulièrement en cas d’ostéoporose secondaire

  • Dr Dominique-Jean Bouilliez

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La fracture vertébrale est la plus fréquente des fractures ostéoporotiques et c'est un facteur de risque important de fractures non-traumatiques ultérieures. Une fracture vertébrale récente peut être associée à un risque imminent de récidive, conduisant parfois au phénomène de « cascade de fractures vertébrales », dont les conséquences peuvent être sévères. Dans une étude portant sur 113 observations de fractures vertébrales en cascade, Hélène Che (Montpellier) à la tête d'un groupe multicentrique a montré qu'environ 50 % des cas fracturaires surviennent chez des patients avec une ostéoporose secondaire : ostéoporose induite par les glucocorticoïdes (25,7 %), hémopathies bénignes (6,2 %), alcoolisme chronique (4,4 %), traitement par anti-aromatase (3,6 %), hyperparathyroïdie primitive (2,7 %), hypercorticisme (2,7 %), anorexie mentale (2,7 %) et ostéoporose gravidique (1,8 %). Par ailleurs, 11,8 % des cas sont survenus dans les suites d'une vertébroplastie. 31,5 % des patients avaient déjà reçu un traitement anti-ostéoporotique. Enfin, 50 % des patients environ avaient un antécédent de fracture majeure ostéoporotique avant la cascade fracturaire. Ces résultats suggèrent qu'une attention particulière doit être portée à ces patients en particulier dès la survenue de la première fracture.

Des études prospectives seront cependant nécessaires pour explorer les déterminants de cette complication sévère de l'ostéoporose, conclut-elle.