SFE : Lévothyrox : une photo toulousaine

  • Dr Dominique-Jean Bouilliez

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La commercialisation en mars 2017 du lévothyrox nouvelle formule (LVNF) a entraîné 14 271 effets indésirables rapportés au laboratoire Merck et 12 248 à la pharmacovigilance en janvier 2018. Dès octobre 2017, cette situation a justifié une consultation dédiée aux patients ayant des difficultés avec le LVNF au CHU-Toulouse. Ces derniers devaient remplir un questionnaire de qualité de vie spécifique des pathologies thyroïdiennes (ThyPRO) et noter l'intensité des principaux symptômes décrits dans les rapports de pharmacovigilance.

Au total, 62 patients ont consulté dans ce cadre (dont 52 femmes). Ils étaient âgés de 42 +/- 15 ans et étaient traités depuis 15 +/- 10 ans après une thyroïdectomie totale (49 %) ou pour une hypothyroïdie périphérique (39 %).

Pratiquement, 32 % des patients avaient été améliorés par des modifications de formules (46 %) ou de posologie (36 %) de lévothyroxine proposées avant la 1ère consultation dédiée tandis que 6 % avaient arrêté leur traitement sans avis médical.

Les symptômes les plus fréquents étaient l'asthénie (94 %) et les douleurs (céphalées, arthralgies, crampes musculaires) (83 %) entrainant une altération de la qualité de vie (score ThyPro 49,5 %). Après adaptation de la dose de LTNF (10 %) ou substitution par une autre spécialité (45 %), 80 % des patients ont été améliorés sur la qualité de vie (score ThyPro + 14 %, soit 64 %) et sur l'intensité des différents symptômes. Un tiers des patients ont bénéficié de deux consultations.