SFD 2019 - Athérome carotidien et surrisque vasculaire chez les patients DT2


  • Nathalie Barrès
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Les résultats d’une étude prospective montrent que chez les sujets diabétiques de type 2 en prévention primaire ou secondaire, la présence d’un athérome carotidien évalué par échographie doppler n’apparaitrait pas associée à un surrisque d’événement vasculaire. Les données sur l’évolution de l’athérome n’ont pas permis d’apporter de conclusion. Au regard de ces données, la réalisation systématique d’une échographie doppler ne semble pas justifiée dans cette population.

Pourquoi cette étude a-t-elle été menée ?

Le sujet diabétique de type 2 est considéré par les recommandations internationales comme un patient à haut risque cardiovasculaire nécessitant un traitement cardioprotecteur adapté. La recherche d’un athérome a été proposée comme critère pour améliorer la prédictibilité du risque. 

Méthodologie

En 2012, 576 patients DT2 ont été inclus consécutivement avec réalisation d’une échographie doppler carotidienne.

Principaux résultats

Sur l’ensemble des sujets inclus, 104 étaient en prévention cardiovasculaire secondaire et 472 en prévention primaire. Sur l’ensemble de la cohorte, 73% étaient sous hypolipémiant, 46% sous antiagrégant plaquettaire et 69% sous IEC/ARA2. À l’inclusion, 33,5% des individus ont eu une échographie doppler normale, 66,5% un athérome carotidien dont 2,1% une lésion sténosante >50%. Une progression de l’athérome a été constatée chez 3,7% des 428 sujets évalués. Au total, 51 événements vasculaires sont survenus chez 41 patients (soit 7,1%) au cours du suivi moyen de 3,4 ans. Parmi ces cas, 14,4% ont été constatés dans le groupe en prévention secondaire et 5,5% dans le groupe en prévention primaire. Aucune différence significative en termes d’événements n’a été mise en évidence en fonction de la présence ou non d’un athérome carotidien que les patients soient en prévention primaire ou secondaire. Les données portant sur l’évolution de l’athérome portaient sur un trop faible nombre de cas pour permettre de conclure de façon ferme sur une éventuelle association.