SEP : un nouveau fumarate mieux toléré sur le plan gastro-intestinal

  • Naismith RT & al.
  • Mult Scler
  • 4 nov. 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Le diroximel fumarate (DRF) présente un profil de sécurité et d’efficacité favorable après 48 semaines dans la sclérose en plaques récurrente-rémittente (SEP-RR) : le taux de rechute annualisé était de 0,16 avec une réduction des lésions rehaussées par le gadolinium s elon les données de l’étude ouverte de phase 3 EVOLVE-MS-1. Par ailleurs, le taux d’évènements indésirables gastro-intestinaux était inférieur à celui attendu, à partir des données de la littérature concernant les autres fumarates. Cette étude n’était pas randomisée, au contraire de EVOLVE-MS-2 menée versus DMF et qui a confirmé la meilleure tolérance gastro-intestinale (non publiée pour l’heure). Cette dernière a d’ailleurs participé à permettre l’enregistrement de la molécule par l’Agence américaine du médicament (FDA). Pour l’heure, elle n’est pas enregistrée en Europe.

Un nouveau fumarate

Le DRF est un fumarate oral expérimental qui permet, après administration, un clivage rapide en fumarate de monométhyle (MMF). Son mécanisme d’action précis n’est pas bien compris, tout comme le DMF ( diméthyl fumarate) . Il est attendu qu’il soit moins irritant sur le plan gastro-intestinal du fait de sa spécificité structurale.

Protocole

EVOLVE-MS-1 est une étude de phase 3 internationale ouverte visant à établir l’efficacité, l'innocuité et la tolérabilité de 462 mg de DRF deux fois par jour pendant 96 semaines. Cette publication présente des résultats intermédiaires à 48 semaines.

Les patients recrutés étaient soit des patients issus de l'étude randomisée EVOLVE-MS-2 qui avait duré 5 semaines, soit de nouveaux patients. Ils devaient être âgés de 18 à 65 ans et présenter un diagnostic confirmé de SEP-RR, sans signe de rechute dans les 30 jours précédant l’inclusion. La prise préalable d’un traitement de fond était autorisé (y compris par DMF).

Principaux résultats

L’analyse intermédiaire menée à 48 semaines a permis d’analyser les données de 696 patients (âge moyen à l’inclusion 42 ans, 65% ayant déjà reçu un traitement de fond).

Des événements indésirables sont survenus chez 84,6% des patients, surtout d’intensité légère (31,2%) ou modérée (46,8%), et principalement à type de rougeurs ( flush 34,1%). Les manifestations gastro-intestinales concernaient 30,9% des participants, et étaient majoritairement légères (68%) et transitoires (durée médiane 7,5 jours).

Au total, 14,9% des participants ont quitté l’étude, dont 6,3% du fait des évènements indésirables et 0,7% à cause des manifestations gastro-intestinales.

Sur le plan de l’efficacité, le nombre moyen de lésions rehaussées par le gadolinium était significativement réduit par rapport à l’inclusion (77%, p