Semaine du rein 2019 — L’atrasentan réduit le risque d’événements rénaux dans le cadre du DT2 et de l’insuffisance rénale chronique


  • Marielle Fares, Pharm.D.
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’atrasentan a réduit le risque d’événements rénaux chez les patients atteints de diabète de type 2 (DT2) et d’insuffisance rénale chronique.
  • Chez les patients atteints de DT2 à haut risque de maladie rénale de stade terminal, les antagonistes sélectifs des récepteurs de l’endothéline pourraient avoir un effet protecteur de la fonction rénale.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le traitement par un antagoniste des récepteurs de l’endothéline A à faible dose dans le cadre du DT2 réduit l’albuminurie sans provoquer de rétention sodique, mais les effets d’un traitement de longue durée sur les résultats rénaux sont inconnus.

Protocole de l’étude

  • Essai multicentrique, randomisé, contrôlé par placebo et en double aveugle mené auprès d’adultes atteints de DT2 ayant un débit de filtration glomérulaire estimé (DFGe) compris entre 25 et 75 ml/minute/1,73 m2 et un rapport albumine/créatinine urinaire (RACU) compris entre 300 et 5 000 mg/g qui avaient reçu des inhibiteurs du système rénine-angiotensine pendant 4 semaines.
  • De l’atrasentan par voie orale a été administré à raison de 0,75 mg par jour pendant la période d’enrichissement afin d’évaluer la réponse.
  • Les répondeurs (patients présentant une diminution de 30 % du RACU et aucune rétention liquidienne importante ; n = 2 648) ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir l’atrasentan ou un placebo.
  • Le critère d’évaluation principal était un critère composite comprenant le doublement de la créatinine sérique pendant ≥ 30 jours, la survenue d’une maladie rénale de stade terminal (DFGe : 15 ml/minute/1,73 m2 pendant 90 jours), la mise en place d’une dialyse chronique pendant plus de 90 jours, la nécessité d’une transplantation rénale ou le décès pour cause d’insuffisance rénale chez les répondeurs.

Principaux résultats

  • Au suivi médian à 2,2 ans, l’un des événements du critère d’évaluation rénal composite était survenu chez 79 patients (6%) sous atrasentan et chez 105 patients (7,9 %) sous placebo (RR : 0,65 ; IC à 95 % : 0,49–0,88 ; P = 0,0047).
  • Des cas de rétention liquidienne et d’anémie ont été observés dans le groupe de l’atrasentan ; dans les deux groupes, des hospitalisations pour cause d’insuffisance cardiaque se sont produites (3,5 % [n = 47] dans le groupe de l’atrasentan contre 2,6 % [n = 34] dans le groupe du placebo) (RR : 1,33 ; IC à 95 % : 0,85–2,07 ; P = 0,208).