Sédentarité, maladies chroniques, cancer : un lien de plus en plus difficile à nier


  • Nathalie Barrès
  • Lecture critique
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Les résultats d’une étude récemment publiée dans le BMJ méritent d’être mis en exergue, même s’ils ne portent pas sur une population européenne mais taïwanaise.

Le suivi d’une cohorte de plus de 400.000 sujets durant plus de 8 années, suggère que huit types de maladies chroniques ou de marqueurs biologiques associés aux maladies cardiovasculaires, au diabète, aux maladies rénales ou pulmonaires chroniques et à la goutte augmenteraient significativement le risque global de cancer (de 7 à 44%) et de décès par cancer (de 12 à 70%). La pression artérielle et la maladie pulmonaire n’ont pas été associées significativement à ces augmentations.

Par ailleurs, les scores les plus élevés de maladie chronique ont été associés à une perte substantielle d’années de vie : 13,3 ans pour les hommes et 15,9 ans pour les femmes.

Enfin, l’augmentation du risque de cancer ou de la mortalité par cancer, associée à une pathologie chronique ou à la présence de marqueurs était atténuée respectivement de 48% et de 27% chez les sujets ayant une activité physique par rapport aux sujets sédentaires.

Pourquoi est-ce important ?

La plupart des stratégies de prévention du cancer sont axées sur les mauvaises habitudes de vie, mais ne considèrent pas les maladies chroniques concomitantes comme des facteurs de risque modifiables, et ce probablement du fait des faibles associations mises en évidence jusqu’à présent entre maladies chroniques et cancer. Cette étude apporte une vision plus globale reliant l’impact de l’activité physique sur les maladies chroniques liées au risque de cancer. Par ailleurs, elle porte sur une importante cohorte prospective de 405.878 sujets.

Ainsi selon ses auteurs « les maladies chroniques contribueraient à plus d’un cinquième du risque de développer un cancer et à plus d’un tiers du risque de décès par cancer. L’activité physique est associée à une réduction d’environ 40% du risque de cancer lié à une maladie chronique ».