SBME : Rhinophyma : une indication majeure du laser

  • Dr Chloé Vaneeren

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le rhinophyma apparaît généralement chez l'homme caucasien entre 45 et 60 ans et, bien qu'il puisse survenir de novo, il est plus souvent le stade ultime de la rosacée. Sa sévérité est estimée selon un index selon l'aspect clinique avec un score maximum de 6 points (0 = absence ; 1 = épaississement cutané léger ; 2 = épaississement cutané modéré ; 3 = épaississement cutané important avec apparition de petits lobules ; 4 = lobules et fissures ; 6 = rhinophyma géant). De plus, il faut ajouter un point supplémentaire en cas d'asymétrie importante, de kystes multiples ou de vaisseaux volumineux. Le rhinophyma est généralement en lien avec une consommation excessive d'alcool et peut être favorisé par le stress, les androgènes, une infection chronique à Demodex follicularum et probablement à d'autres causes qui ne sont pas formellement établies.

Sa physiopathologie est sous-tendue par une augmentation du TGF bêta-1 fibrogénique. C'est surtout par son retentissement esthétique (et notamment les regards désapprobateurs à l'origine d'une baisse d'estime de soi) qu'il entraîne une consultation. Mais il peut aussi provoquer une gêne respiratoire dans les cas sévères et comporte un risque démontré de carcinome basocellulaire.
Clémence Gros (St Jean, Arras) a rappelé que le traitement du rhinophyma par laser passe d'abord par une anesthésie infraorbitaire par voie endojugale accompagnée d'une anesthésie locale (mais qui peut provoquer une certaine tumescence). Avant de réaliser ce geste, on prescrit parfois pendant une durée brève de l'isotrétinoïne afin de prévenir une réaction de type rosacée. Le patient est ensuite traité par radiochirurgie (radiofréquence) qui retire des lambeaux et fait disparaître ainsi les lobules (un peu comme lorsqu'on pèle un légume) et laser CO2. Le patient est ensuite badigeonné à l'acide trichloracétique avec des résultats extrêmement satisfaisants et parfois très étonnants. Fréquemment, de l'isotrétinoïne est proposée après traitement afin de réduire le calibre des pores qui restent dilatés.