Saturation des hôpitaux : l’Ile-de-France s’apprête à évacuer des centaines de patients COVID-19 vers d’autres hôpitaux sur le territoire

  • Anne-Gaëlle Moulun

  • Nathalie Barrès
  • Actualités Médicales par Medscape
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Paris, France  Lors de sa conférence de presse du 11 mars, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé le transfert de malades de la région Île-de-France à d’autres régions, afin de faire face à la saturation des services de réanimation.

Situation tendue et inquiétante 

« La situation sanitaire est tendue et inquiétante », a estimé Olivier Véran. Il a recensé 21.000 cas par jour en moyenne et a souligné que « la hausse amorcée la semaine dernière semble être freinée ». Dans les Alpes-Maritimes, depuis la mise en place d’un confinement le week-end, l’incidence est en baisse de plus de 20 %. « L’épidémie demeure très hétérogène sur tout le territoire », a rappelé le ministre de la Santé. Alors que l’incidence est de 44 cas pour 100.000 habitants dans les Pyrénées-Atlantiques, elle est de 476 pour 100.000 habitants dans les Alpes-Maritimes.

Trois régions préoccupantes

« Nous sommes préoccupés par trois régions : les Hauts-de-France, l’Île-de-France et PACA, sans oublier Mayotte et La Réunion », a-t-il souligné. 23 départements ont d’ores et déjà été placés en surveillance renforcée. « La part de variants est haute et la tension hospitalière est réelle », a alerté Olivier Véran. Selon lui, « la pression sanitaire atteint des niveaux aussi élevés qu’au pic de la deuxième vague ». Il souligne que « le nombre de patients en soins de réanimation est passé à plus de 4.000 hier soir et le taux d’occupation est supérieur à 85% des capacités ».

Pour aider les services de réanimation, des prises en charge à domicile sont déployées, ainsi que des déprogrammations d’activité chirurgicale et une mobilisation renforcée du privé.

La situation sanitaire en Île-de-France préoccupe particulièrement le ministre. L’incidence y atteint 350 cas pour 100.000 habitants et grimpe même à plus de 400 cas pour 100.000 habitants en Val-de-Marne et Seine-Saint-Denis. « Un Francilien est admis en réanimation toutes les 12 minutes. Actuellement, il y a 1.080 patients en réanimation et si cela continue, nous dépasserons les 1.500 à la fin du mois de mars », s’est inquiété Olivier Véran. « Nous préparons des évacuations de dizaines, voire de centaines de patients d’Île-de-France à d’autres hôpitaux du territoire », a-t-il indiqué, notant qu’en un an, plus de 1.000 patients ont déjà été transférés d’une région à l’autre.

Des variants plus contagieux et plus dangereux

« Cette situation préoccupante, nous y faisons face en renforçant notre stratégie « tester-alerter-protéger » et en augmentant la vitesse de vaccination », a expliqué le ministre de la Santé.

Il est également revenu sur l’impact des variants du virus sur la situation sanitaire. « La progression des variants reste inégale sur le territoire. La part de variant britannique atteint en moyenne 67% des cas, alors que la part de variant sud-africain reste stable, autour de 6%. Les variants sont plus contagieux que le Covid-19 classique », a rappelé Olivier Véran. Depuis janvier, il a noté que « la proportion de formes graves a augmenté dans plusieurs régions. Le variant serait responsable de davantage de formes graves. Les variants seraient plus contagieux et plus dangereux », a-t-il souligné. Face à ce constat, il a rappelé l’importance de « se faire tester et de s’isoler au moindre doute ».

Pas de suspension de la vaccination avec Astra Zeneca

Concernant la vaccination, Olivier Véran a indiqué qu’hier soir à 17h30, 286.000 Français avaient reçu une injection en 24 heures, un record. Au 11 mars, 2.032.791 Français avaient reçu leurs deux doses de vaccin et plus de 4.445.000 avaient déjà reçu une dose de vaccin. « Les stocks mobilisables sont moins important qu’avant le week-end dernier », a noté le ministre, indiquant que 100.000 doses de vaccin Pfizer seraient mobilisables d’ici mardi prochain.

Il a également évoqué la polémique sur le vaccin AstraZeneca. « Le Danemark, la Norvège et l’Islande ont décidé de suspendre par précaution l’utilisation de ce vaccin en raison de craintes liées à des troubles de la coagulation. L’Agence de santé européenne assure qu’il n’y a pas de lien avéré avec le vaccin et d’après l’Agence nationale de sécurité du médicament, il n’y a pas lieu de suspendre la vaccination par AstraZeneca », a rassuré le ministre (Lire Thromboses et vaccin AstraZeneca : 30 cas douteux sur 5 millions d’européens vaccinés).

Chiffres clés en France de Santé publique France, semaine 09 (du 1er au 7 mars) :

- Nombre de nouveaux cas confirmés de Covid-19 (SI-DEP) : 147.699 (-2%)
- Taux de positivité (%) pour SARS-CoV-2 (SI-DEP) : 7,3% (0 point)
- Nombre d’actes SOS Médecins pour suspicion de Covid-19 : 2.568 (+1%)
- Nombre de passages aux urgences pour suspicion de Covid-19 (réseau OSCOUR®) : 7.653 (+1%)
- Nombre de nouvelles hospitalisations de patients Covid-19 (SI-VIC) : 9.321 (-3%)
- Nombre de nouvelles admissions en réanimation de patients Covid-19 (SI-VIC) : 2.034 (+9%)
- Nombre de décès liés au Covid-19 (décès en hospitalisation et décès en EHPA et autres ESMS) : 1.959 (non consolidée)

Cet article a initialement été publié sur le site Medscape.