Sarcomes : nouvelles données épidémiologiques françaises

  • BMC Cancer

  • Par Nathalie Barrès
  • Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une étude épidémiologique vient d’évaluer pour la première fois l’incidence des sarcomes en France à partir des registres français du cancer. 

  • Sur la période 2010-2013, 1,3% des tumeurs malignes diagnostiquées en France étaient des sarcomes, soit 3.942 cas. 
  • L’âge médian au diagnostic était de 63 ans (9% des individus ont moins de 24 ans et 27% plus de 75 ans).
  • Si le sexe ratio est équilibré (homme/femme = 1.0), en réalité il varie fortement en fonction du type de sarcome : l’angiosarcome est deux fois plus fréquent chez la femme, et le sarcome de Kaposi six fois plus fréquent chez l’homme.
  • Les sarcomes sont un groupe très hétérogène de tumeurs, un peu moins de la moitié atteignent les tissus mous (45%), les sous-types histologiques les plus fréquents sont les sarcomes indifférenciés (16%), puis les leicomyosarcomes (14%), les tumeurs stromales gastro-intestinales (13%).
  • Le taux d’incidence standardisée sur l’âge est estimé à 2,1/100.000 pour les sarcomes des tissus mous, 1,0/100.000 pour les sarcomes osseux et 0,6/100.000 pour les tumeurs stromales gastro-intestinales.
  • Les analyses montrent une augmentation significative de l’incidence des sarcomes entre 2000 et 2005. Une tendance qui s’est stabilisée ensuite. Tous les sarcomes n’ont pas évolué de la même façon, les leiomyosarcomes, les sarcomes de Kaposi et les fibrosarcomes ont diminué, alors que tumeurs stromales gastro-intestinales, les chondrosarcomes, les myxofibrosarcomes ont augmenté. La diminution du sarcome de Kaposi est cohérente avec l’amélioration de la prise en charge des sujets infectés par le VIH.
  • L’incidence des sarcomes des tissus mous, des viscères et de la peau est relativement stable jusqu’à 40 ans, puis augmente avec l’âge.
  • Chez l’homme, le sarcomes osseux présente un premier pic entre 15 et 25 ans et un second entre 65 et 74 ans.
  • Il est encore très difficile de comparer l’incidence des sarcomes entre différents pays, car les définitions de ces cancers rares et les critères d’inclusion dans les études ne sont pas homogènes.