Sait-on comment le placebo agit sur la douleur ?

  • Zunhammer M & al.
  • JAMA Neurol
  • 30 juil. 2018

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Grâce à l’imagerie par résonnance magnétique, il est possible d’évaluer de manière fiable et objective l’effet d’un placebo sur les mécanismes nociceptifs centraux, dans le but de mieux comprendre son mécanisme d’action. Une méta-analyse de large envergure, ayant évalué les données individuelles de 603 patients issues de 20 études, vient de montrer que le placebo aurait des effets modérés sur le mécanisme nociceptif central précoce de la douleur. Les auteurs suggèrent donc que l’effet placebo sur la douleur pourrait être médié par des processus différents que ceux qui sous-tendent le traitement primaire et central de la douleur. Il pourrait passer notamment par des processus plus tardifs engageant l’évaluation cognitive de la douleur, sa perception et la prise de décision face à la douleur.

Méthodologie

Une méta-analyse a été réalisée à partir des études originales publiées jusqu’en mai 2015 et complétées par les méta-analyses et recommandations d’experts ayant évalué l’effet du placebo par neuroimagerie fonctionnelle (signature neurologique de la douleur nociceptive).

Pourquoi est-ce important ?

Dans la douleur, l’effet placebo contribue pour une part importante à l’efficacité des traitements antalgiques, à tel point que bon nombre d’essais cliniques dans le domaine échouent du fait de l’effet placebo. Mieux comprendre son mécanisme d’action permettra de mieux évaluer les traitements eux-mêmes. Or, même après des décennies de recherche, il reste toujours à déterminer si cet effet passe principalement par le processus nociceptif central ou par un autre processus en lien avec la douleur … Les deux principales limitations des études menées jusqu'à présent sont la faible taille des cohortes et le fait que les zones cérébrales associées à l’effet antalgique interviennent également dans la prise de décision, les processus moteurs et les émotions. Ces limitations n’ont pas permis d’établir jusqu'à présent si l’effet placebo intervenait spécifiquement sur le processus nociceptif ou sur les processus cognitifs et affectifs associés à l’aspect multidimensionnel de la douleur. Certes, les résultats de l'étude évoquée ici ne permettent pas de déterminer le mécanisme en jeu, mais ils autorisent à conclure que le mécanisme nociceptif n’est pas du tout ou pas le seul mécanisme en jeu dans l’effet placebo nociceptif.

Principaux résultats

Au total, les données individuelles d’imagerie cérébrales de 603 sujets sains ont pu être analysées à partir de 20 études ayant répondu aux critères de sélection. Par rapport à l’inclusion, la signature neurologique de la douleur en réponse à une stimulation douloureuse était positive chez 575 sujets (95,4%), avec un effet taille important (g=2,30 [1,92-2,69]), ce qui confirmait la sensibilité à la douleur nociceptive de cet échantillon de sujets. L'effet du placebo sur la douleur était significatif dans 17 des 20 études (85%), alors que l’effet du placebo sur la réponse de la signature neurologique de la douleur nociceptive était significatif seulement dans 3 études sur 20 (15%). Les analyses portant uniquement sur les études présentant un faible niveau de biais et celles réalisées uniquement sur les répondeurs au placebo ont mis en évidence un effet taille de faible ampleur (respectivement g = -0,07 [-0,15 à 0,00] et g = -0,22 [-0,34 à -0,11]).

Principales limitations

  • Les études sélectionnées n’avaient inclus que des patients sains. 
  • La recherche bibliographique s’est arrêtée en 2015, or depuis, d’autres études ont traité le sujet et auraient pu avoir un impact sur les résultats.