SABCS 2020 — Une amélioration modérée de la SSP est observée avec une combinaison 100 % orale dans le cadre du CSm HR+, HER2 négatif

  • O’Shaughnessy J & al.
  • SABCS 2020
  • 11 déc. 2020

  • Par Pavankumar Kamat
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout du tésétaxel à la capécitabine pourrait prolonger la SSP de près de 3 mois chez les patientes présentant un cancer du sein métastatique (CSm), positif aux récepteurs hormonaux (Hormone Receptor, HR+) et HER2 négatif, selon les derniers résultats de l’étude CONTESSA.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’association du tésétaxel et de la capécitabine constitue une option entièrement orale pour les patientes.

Méthodologie

  • CONTESSA est un essai en cours comparant le tésétaxel plus une dose réduite de capécitabine (groupe de l’association) à la dose standard de capécitabine seule (groupe de la monothérapie) chez 685 femmes atteintes d’un cancer du sein HR+, HER2 négatif, localement avancé ou métastatique, qui ont reçu un taxane par le passé.
  • Financement : Odonate Therapeutics.

Principaux résultats

  • La SSP était de 9,8 mois dans le groupe de l’association contre 6,9 mois dans le groupe de la monothérapie :
    • rapport de risque (RR) de 0,716 (P = 0,003).
  • Le bénéfice en termes de SSP était cohérent dans plusieurs sous-groupes prédéfinis, notamment en fonction de l’âge, du score d’état général à l’inclusion, de la durée de l’intervalle sans maladie avant l’entrée dans l’étude et de l’utilisation d’inhibiteurs de CDK4/6.
  • Par rapport au groupe de la monothérapie, celui de l’association a présenté :
    • Un taux de réponse objective plus élevé : 57 % contre 41 % (P = 0,0002).
    • Un taux de contrôle de la maladie à 24 semaines plus élevé : 67 % contre 50 % (P 
  • L’événement indésirable lié au traitement le plus fréquemment observé dans le groupe de l’association était la neutropénie, avec 76,9 % des patientes concernées contre 22,6 % dans le groupe de la monothérapie.
  • La neutropénie était « généralement gérable ».

Limites

  • L’étude est toujours en cours.
  • Les données concernant la SG ne sont pas à maturation.