SABCS 2020 — CSTN : le sacituzumab govitécan démontre un bénéfice dans les sous-groupes

  • Hurvitz S & et al.
  • SABCS 2020
  • 10 déc. 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patientes atteintes d’un cancer du sein triple négatif (CSTN) métastatique ayant progressé après plusieurs lignes de traitement, le sacituzumab govitécan donne de bons résultats dans les sous-groupes de biomarqueurs.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le sacituzumab govitécan a reçu une autorisation accélérée de l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (Food and Drug Administration, FDA) et continue de montrer un bénéfice chez ces patientes.
  • Les résultats suscitent des hypothèses et nécessitent une évaluation plus approfondie.

Méthodologie

  • Une analyse exploratoire de l’étude ASCENT de phase III a été réalisée.
  • 529 patientes atteintes d’un CSTN ayant progressé après au moins 2 chimiothérapies antérieures ont été affectées de manière aléatoire pour recevoir du sacituzumab govitécan ou un traitement en monothérapie au choix du médecin (témoin).
  • Financement : Immunomedics.

Principaux résultats

  • Le statut d’expression de l’antigène 2 de surface des trophoblastes (Trop-2) était connu pour 151 patientes dans le groupe du sacituzumab govitécan, contre 139 patientes dans le groupe témoin.
    • Survie sans progression (SSP) et taux de réponse objective (TRO) médians dans le groupe du sacituzumab govitécan, par rapport aux sous-groupes témoins, avec :
      • une expression élevée : 6,9 mois, contre 2,5 mois ; et 44 %, contre 1 % ;
      • une expression moyenne : 5,6 mois, contre 2,2 mois ; et 38 %, contre 11 % ;
      • une expression faible : 2,7 mois, contre 1,6 mois ; et 22 %, contre 6 %.
  • Le statut germinal de BRCA1/2 était connu pour 149 et 143 patientes dans les groupes du sacituzumab govitécan et témoin, respectivement.
    • La SSP et le TRO médians s’étaient améliorés avec le sacituzumab govitécan, par rapport au groupe témoin, chez :
      • les patientes positives à BRCA1/2 : 4,6 mois, contre 2,5 mois ; et 19 %, contre 6 % ;
      • les patientes négatives à BRCA1/2 : 4,9 mois, contre 1,6 mois ; et 33 %, contre 6 %.

Limites

  • Les sous-groupes étaient de petite taille.