SABCS 2020 — CSA HR+/HER2- : l’entinostat ne parvient pas à surmonter la résistance à l’endocrinothérapie

  • Connolly RM & al.
  • SABCS 2020
  • 11 déc. 2020

  • Par Pavankumar Kamat
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’entinostat, en association avec de l’exémestane, n’a pas permis de surmonter la résistance à l’endocrinothérapie dans le cadre du cancer du sein avancé (CSA) à récepteurs hormonaux positifs (Hormone Receptor-positive, HR+) et à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain négatif (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2-negative, HER2-).

Pourquoi est-ce important ?

  • Malgré les diverses avancées réalisées dans le cadre du traitement du cancer du sein, la résistance à l’endocrinothérapie demeure un défi important.
  • L’essai de phase II ENCORE 301 s’était précédemment montré prometteur concernant l’inhibiteur d’histone désacétylases entinostat chez des patientes atteintes d’un CSA.

Méthodologie

  • L’étude de phase III E2112 a inclus 608 femmes atteintes d’un CSA HR+/HER2-, dont 85 % avaient présenté une progression après un traitement par inhibiteur de l’aromatase non stéroïdien en contexte métastatique.
  • Les patientes ont été affectées de manière aléatoire pour recevoir de l’entinostat (5 mg par jour) associé à de l’exémestane (25 mg par jour), ou à de l’exémestane associé à un placebo (mêmes doses).
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health). 

Principaux résultats

  • Aucune amélioration significative n’a été observée avec l’entinostat, comparativement au placebo, en termes de :
    • survie sans progression (SSP) médiane : 3,3 mois, contre 3,1 mois (rapport de risque [RR] : 0,87 ; P = 0,30) ;
    • survie globale (SG) médiane : 23,4 mois, contre 21,7 mois (RR : 0,99 ; P = 0,94) ; ou
    • taux de réponse globale : 4,6 %, contre 4,3 %.
  • Les événements indésirables de grades 3/4 étaient plus fréquents avec l’entinostat. 
  • Trois décès liés au traitement ont été rapportés dans le groupe entinostat, et un dans le groupe placebo.

Limites

  • Une association avec d’autres inhibiteurs de l’aromatase n’a pas été évaluée.