SABCS 2019 — L’anastrozole montre un effet préventif persistant contre le cancer du sein dans une mise à jour de l’essai IBIS II


  • Emily Willingham, PhD
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’anastrozole est associé à une réduction de l’incidence de cancer du sein chez les femmes ménopausées à risque élevé plus de 10 ans après l’arrêt du traitement, d’après cette mise à jour de l’essai IBIS II.
  • Aucune donnée probante n’indique la survenue de nouveaux effets secondaires plus tardifs.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les auteurs estiment que leurs résultats appuient le recours à l’anastrozole plutôt qu’au tamoxifène, du point de vue du nombre de patientes à traiter, puisque celui-ci est de 29 pour prévenir un cancer du sein avec l’anastrozole, contre 49 avec le tamoxifène.

Protocole de l’étude

  • L’étude a inclus 3 864 femmes ménopausées présentant un risque élevé de cancer du sein (parents biologiques atteints de la maladie, mère ou sœur atteintes d’un cancer du sein avant 50 ans ou dans les deux seins).
  • Financement : AstraZeneca ; Centre de recherche sur le cancer du Royaume-Uni (Cancer Research UK) ; Conseil national australien pour la santé et la recherche médicale (Australian National Health and Medical Research Council).

Principaux résultats

  • Incidence de cancer du sein à 5 ans : 1,8 % avec l’anastrozole, contre 4,6 % avec le placebo (rapport de risque [RR] : 0,39 ; IC à 95 % : 0,27–0,58 ; P 
  • Incidence de cancer du sein à une médiane de 10,9 ans après l’arrêt de l’anastrozole : 3,5 % avec l’anastrozole, contre 4,4 % avec le placebo (RR : 0,64 ; 0,45–0,91 ; P = 0,014).
  • Une réduction de l’incidence de maladie invasive à récepteurs des œstrogènes positifs et de carcinome canalaire in situ a été observée au cours du traitement et au cours de la période de suivi sans traitement.
  • Aucune différence n’a été observée au niveau de la mortalité globale entre le groupe de traitement et le groupe placebo (RR : 0,96 ; IC à 95 % : 0,69–1,34) ni au niveau de la mortalité liée au cancer du sein (2 décès dans le groupe de traitement, contre 3 dans le groupe placebo).
  • Le groupe anastrozole a également présenté une réduction du taux de cancers ailleurs que dans le sein.

    Limites

    • Les données concernant les effets secondaires moins sévères n’ont pas été recueillies au cours de la période suivant l’arrêt du traitement.

    Remarque

    • Les résultats ont également été publiés dans la revue The Lancet.