SABCS 2019 — L’ADN tumoral circulant prédit le risque de récidive dans le cadre du CSTN précoce


  • Emily Willingham, PhD
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans le cancer du sein triple négatif (CSTN) précoce, le taux d’ADN tumoral circulant (ADNtc) après une chimiothérapie néoadjuvante est un facteur prédictif de la récidive ; l’absence d’ADNtc est associée à de meilleurs résultats.

Pourquoi est-ce important ?

  • D’après les auteurs, ces informations peuvent guider la sélection et la stratification dans les essais cliniques et pourraient potentiellement éclairer la prise en charge des soins pour ces patientes.  

Principaux résultats

  • De l’ADNtc muté a été détecté chez 63 % des patientes.
  • Les mutations identifiées étaient celles généralement associées au cancer du sein.
  • À 17,2 mois, la présence d’ADNtc était associée à une réduction de la SSM à distance :
    • La médiane était de 32,5 mois en présence d’ADNtc, contre une médiane non atteinte sans ADNtc détectable.
  • À 24 mois, la probabilité de SSM à distance était de 56 % en présence d’ADNtc, contre 81 % lorsque l’ADNtc était négatif.
  • Lors du contrôle pour prendre en compte d’autres facteurs pertinents, le statut de l’ADNtc éclairait toujours les résultats, puisque la probabilité de récidive à distance était trois fois plus élevée lorsque de l’ADNtc était détecté.
  • Le risque de mortalité était également 4,1 fois plus élevé lorsque de l’ADNtc était détecté.

Protocole de l’étude

  • L’ADNtc a été mesuré dans le plasma de 142 patientes issues de l’essai clinique BRE12-158 portant sur le traitement par ciblage génomique.
  • Financement : Fondation Vera Bradley de lutte contre le cancer du sein (Vera Bradley Foundation for Breast Cancer) ; Initiative pour la santé de précision dans le cadre du programme « Grands défis » de l’Université de l’Indiana (Indiana University Grand Challenge Precision Health Initiative).

Limites

  • Les résultats ont été présentés lors d’une conférence, sans examen par des pairs.
  • Le suivi est en cours.