SABCS 2019 — Cancer du sein HER2+ : le trastuzumab déruxtécan se montre exceptionnellement efficace dans l’essai DESTINY


  • Ben Gallarda
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une durée de réponse (DR) de 14,8 mois apparaît en haut de la liste des résultats positifs obtenus par le trastuzumab déruxtécan, un conjugué anticorps-médicament actuellement évalué dans le traitement du cancer du sein à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER2) positif dans le cadre de l’essai DESTINY-Breast01.
  • La SSP médiane était de 16,4 mois.  
  • La survenue d’une pneumopathie interstitielle diffuse (PID), qui a entraîné quatre décès, demeure un problème.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ian Krop, investigateur principal et chef adjoint de la division d’oncologie mammaire à l’Institut de cancérologie Dana-Farber (Dana-Farber Cancer Institute), a déclaré que ces données « prouvent le potentiel qu’a le trastuzumab déruxtécan pour établir un nouveau traitement de référence du cancer du sein HER2+ avancé ».
  • Il a également remarqué que la SSP et la DR avaient « environ doublé ou triplé » comparativement aux médicaments candidats évalués auparavant dans des populations cliniques similaires, et il a déclaré que des recherches supplémentaires concernant les facteurs de risque associés à la PID sont nécessaires.
  • Carlos Arteaga, co-directeur de SABCS et directeur du Centre de cancérologie Harold C. Simmons (Harold C. Simmons Comprehensive Cancer Center) à l’Université du Texas (University of Texas), Southwestern, a estimé que ces résultats étaient « fantastiques » et a prédit que les essais incluant des patientes atteintes d’une maladie de stade plus précoce démontreraient un effet « encore plus significatif ».

Principaux résultats

  • 60,9 % des patientes (IC à 95 % : 53,4–68,0 % ; 112 patientes) ont obtenu une réponse au traitement, d’après l’analyse de la population en intention de traiter.
  • Durée médiane du traitement : 10,0 mois (intervalle : 0,7–20,5).
  • DR médiane : 14,8 mois (IC à 95 % : 13,8–16,9).
  • Durée médiane de la SSP : 16,4 mois (IC à 95 % : 12,7–non atteinte).
  • Le taux de réponse était similaire dans les différents sous-groupes, y compris chez les patientes présentant des métastases cérébrales.
  • Événements indésirables (EI) de grade supérieur ou égal à 3 : neutropénie (neutropénie fébrile : moins de 2 %), anémie, nausées.
  • 13,6 % des patientes ont rapporté une PID, qui a provoqué 4 décès dont il a été déterminé qu’ils étaient liés au médicament.
  • Aucune toxicité cardiaque cliniquement significative n’a été rapportée.

Protocole de l’étude

  • Un essai multicentrique de phase II mené en ouvert (partie 2 de l’essai) a inclus 184 patientes atteintes d’une maladie HER2+ non résécable/métastatique qui avaient reçu une médiane de 6 lignes de traitement antérieures.
  • Financement : Daiichi Sankyo ; AstraZeneca.

Limites

  • Les IC des résultats dans le sous-groupe présentant des métastases cérébrales étaient larges.

Remarque