SABCS 2015 : Pas de différence significative entre les taux de récurrence chez les femmes atteintes d’un carcinome canalaire in situ prenant de l’anastrozole ou du tamoxifène

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

Les femmes ménopausées atteintes d’un carcinome canalaire in situ (CCIS) avaient les mêmes résultats en matière de récurrence de la maladie, qu’elles prennent du tamoxifène ou de l’anastrozole (inhibiteur de l’aromatase) pendant 5 ans après l’intervention chirurgicale, mais les femmes des deux groupes avaient des effets secondaires différents, selon les résultats de l’essai clinique de phase III IBIS-II sur le CCIS présentés par Cuzick et coll. lors du congrès 2015 sur le cancer du sein de San Antonio, qui s’est déroulé du 8 au 12 décembre à San Antonio, au Texas (Résumé S6-03)1. Cette étude a été publiée simultanément par Forbes et coll. dans The Lancet2.

 « L’étude IBIS-II sur le CCIS a suivi les essais ATAC et d’autres essais sur les inhibiteurs de l’aromatase qui montraient que les inhibiteurs de l’aromatase étaient plus efficaces que le tamoxifène pour prévenir la récurrence du cancer du sein invasif exprimant des récepteurs hormonaux chez les femmes ménopausées » explique Jack Cuzick, PhD, professeur et directeur de l’Institut Wolfson de médecine préventive à l’Université Queen Mary de Londres. « Étant donné l’insuffisance de données sur l’effet des inhibiteurs de l’aromatase sur le CCIS, explorer ces molécules chez les femmes atteintes d’un CCIS était une étape logique. »

« Dans cet essai, nous avons découvert que les groupes sous anastrozole et sous tamoxifène bénéficiaient d’une efficacité globale similaire, avec des résultats légèrement supérieurs pour celles qui prenaient de l’anastrozole. Les profils des effets secondaires étaient très différents pour les deux médicaments ; cependant, les patientes avaient une observance similaire et des effets secondaires équilibrés » ajoute le Dr Cuzick.

Dans cet essai multicentrique, randomisé, contrôlé par placebo, 2 980 patientes ménopausées atteintes d’un CCIS exprimant des récepteurs hormonaux localement réséqué ont été recrutées ; 1 471 patientes ont été assignées ...