Rubraca® : nouvelle AMM européenne dans le cancer épithélial de l’ovaire, de la trompe de Fallope ou péritonéal primitif de haut grade


  • Fanny Le Brun
  • Actualités des médicaments
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Rubraca® (rucaparib) est une nouvelle thérapie ciblée qui vient d’obtenir une AMM européenne en monothérapie pour le traitement de patientes adultes atteintes d’un cancer épithélial de l’ovaire, de la trompe de Fallope ou péritonéal primitif de haut grade sensible au platine, récidivant ou progressif, avec une mutation du gène BRCA germinale et/ou somatique, qui ont été traitées avec deux lignes antérieures ou plus de chimiothérapie à base de platine et qui ne peuvent pas tolérer une autre chimiothérapie à base de platine.

Rubraca® se présente sous forme de comprimés pelliculés contenant 200, 250 ou 300 mg  de rucaparib.

Le rucaparib est un inhibiteur des enzymes poly(ADP-ribose) polymérase (PARP), dont PARP-1, PARP2 et PARP-3, qui jouent un rôle dans la réparation de l’ADN. Des études in vitro ont montré que la cytotoxicité induite par rucaparib comprend l’inhibition de l’activité enzymatique de la PARP et le piégeage de complexes PARP-ADN, entraînant une augmentation des lésions de l’ADN, l’apoptose et la mort cellulaire.

Il a été démontré que rucaparib avait une activité antitumorale in vitro et in vivo dans les lignées cellulaires présentant une mutation du gène BRCA par un mécanisme appelé létalité synthétique, qui requiert la perte de deux voies de réparation de l’ADN pour la mort cellulaire.

Rubraca® dispose du statut de médicament orphelin.