ROR : urgence vaccination !


  • Marie Torre
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La vaccination comme seul recours

La rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) sont des maladies virales très con­tagieuses contre lesquelles il n’existe aucun traitement spécifique. (1) Une personne contaminée par la rougeole peut infecter entre 15 et 20 personnes, contre 1 à 3 pour une personne infectée par la grippe. (2)

Les virus se transmettent au travers de gouttelettes de secrétions nasopharyngées qui restent en suspension dans l‘air dans les endroits clos (transports publics, magasins, écoles, maisons…). (1) Le virus de la rougeole peut survivre jusqu’à 2 h dans l’air ou sur un objet contaminé : rentrez dans un ascenseur ou une salle d’attente où une personne infectée a toussé, éternué ou parlé au cours des 2 dernières heures et vous pouvez être infectés… (3)

Toute personne infectée peut transmettre le virus, sans le savoir et avant même que les symptômes n’apparaissent. (1) Pour la rubéole, la contagiosité dure de 7 jours avant à 14 jours après l’éruption. (4) Chez les femmes enceintes non immunisées, le virus de la rubéole peut infecter le fœtus et provoque dans 70 % des cas une fausse couche ou des malformations graves (malformation cardiaque, cécité, surdité, retard mental…). (1) Il est pratiquement impossible d’éviter la contamination d’une femme enceinte dans l’entourage d’une personne infectée. (4) Rubéole et rougeole sont des maladies à déclaration obligatoire en France.

 

Les risques d’une vaccination insuffisante

Face aux oreillons et à la rougeole, les adultes et adolescents sont particulièrement à risque. La vaccination initiée à partir des années 80 a permis de réduire la circulation des virus, mais elle reste insuffisante pour les éradiquer. Pour cela, une couverture vaccinale d’au moins 95 % pour les deux doses est indispensable. Aujourd’hui subsistent en France des poches de personnes réceptives, qui ont échappé à l’immunisation naturelle et à une vaccination complète. (2,4)  

Avant la vaccination, les oreillons étaient la première cause de méningite virale chez l’enfant. (1) Aujourd’hui, le virus ourlien circule toujours de manière active en France, avec plusieurs petits foyers épidémiques ces dernières années. (5) L’analyse des cas semble indiquer que la protection contre les oreillons diminue avec le temps, même après deux doses de vaccin. (6)

La rougeole avait été éradiquée ou quasi-éradiquée dans certains pays comme la Finlande, la Norvège, le Portugal ou les pays d’Amérique. (2,7) L’OMS estime que la vaccination antirougeoleuse a évité 20,4 millions de décès entre 2000 et 2016 dans le monde. (8)

L’éradication avait été envisagée en France pour 2010, puis sans cesse repoussée. Aujourd’hui, l’épidémie de rougeole qui sévit a touché près de 30 000 personnes en France depuis 2008, avec plus de 1 600 cas compliqués de pneumopathie, 42 complications neurologiques (39 encéphalites, 1 myélite, 2 Guillain-Barré) et 24 décès. (6)

En France, les enfants, les adolescents et les adultes nés à partir de 1980 non ou incomplètement vaccinés et n’ayant pas eu ces maladies devraient effectuer une vaccination de rattrapage jusqu‘à un total de deux doses. Si un patient a déjà eu une ou deux des trois maladies ROR, il peut se faire vacciner : les valences inutiles seront inactivées par les anticorps du patient et les valences « manquantes » permettront d’obtenir la protection recherchée. (1)