Rôle des taux d’apoE et du génotype de l’APOE dans la démence

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement
L’apolipoprotéine E (apoE) joue un rôle fondamental dans le métabolisme des lipoprotéines à la fois dans la périphérie et dans le cerveau ; elle a été identifiée en tant que facteur déterminant dans la maladie cardiaque ischémique et la maladie d’Alzheimer. Ses niveaux plasmatiques (et niveaux de lipoprotéines) sont en partie contrôlés par le polymorphisme de l’APOE qui définit trois isoformes e2, e3 et e4, cette dernière constituant un facteur de risque important de la maladie d’Alzheimer. Les taux plasmatiques de l’apoE augmentent avec l’âge, particulièrement chez les femmes. Dans la périphérie, les différents génotypes de l’APOE sont associés à une modification des profils lipidiques : l’allèle e2 est associé à des taux de cholestérol plasmatique et de LDL-C plus faibles et à un taux de TG plus élevé, tandis que l’e4 est associé à des taux de TC, de LDL-C et de TG plus élevés, par rapport à l’allèle e3, et les porteurs d’une homozygosité e22 et de l’allèle e4 s...