Risque de décès à 1 an après opération pour fracture de la hanche : données d’une étude française

  • Huette P & al.
  • Sci Rep
  • 15 juin 2020

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Messages principaux

  • Une étude prospective monocentrique menée en France montre que le risque de décès à un an est de 23,9% chez les personnes opérées pour fracture de la hanche. L'âge, un délai prolongé avant l'opération et un score de Lee élevé (risque cardiaque en chirurgie générale) constituent les trois facteurs de risque identifiés parmi cette population.

 

Selon une récente méta-analyse, la vie en institution, les maladies respiratoires et cardiovasculaires constituent les principaux facteurs de risque de décès après opération pour fracture de la hanche, le rôle du délai écoulé avant l'intervention étant controversé. Sachant que les paramètres liés à la prise en charge varient selon les pays et qu’aucune étude n'a pour l’heure été menée spécifiquement sur le sujet en France, une équipe du CHU d’Amiens a initié une étude prospective visant à évaluer les différents facteurs de risque, et notamment ceux qui pourraient faire l’objet d’une démarche préventive.

Cette étude monocentrique a recruté tous les sujets de 65 ans ou plus ayant été opérés pour une fracture de la hanche d’origine traumatique entre juin 2016 et juin 2017, soit 309 patients (âge moyen 85 ans, 82% d’hommes, IMC 25 kg/m²) parmi lesquels 71% présentaient une hypertension artérielle, 30% une dyslipidémie et 31% vivaient en institution. Le score de Lee était de 0, 1, 2 ou 3 pour 52%, 29%, 13% et 5% de la cohorte, et le statut ASA (état de santé préopératoire coté de 1 à 6 en fonction de la sévérité) était principalement de 1 ou 3 (29% et 62% respectivement, aucun cas au-delà d’un score de 4).

À 1 an, les personnes vivant en institution étaient de 46% parmi les sujets décédés vs 25% parmi les autres (p48 heures a été observé avant l’opération pour 58,6% de la cohorte, parmi lesquels 71% étaient décédés à 1 an, contre 29% de ceux ayant bénéficié d’une opération plus précoce (p=0,009).

L’analyse multivariée a montré que le taux de décès était supérieur en cas de score de Lee ≥3 (HR 1,52 [1,052-2,198], p=0,026) et lorsque le décès entre l’admission et l’opération était supérieur à 48 heures (HR 1,057 [1,007-1,108], p=0,024). L'âge constituait également un facteur de risque indépendant (HR 1,059 ([1,005-1,116], p=0,032).