Risque de cancer de l’œsophage lié à l’IMC

  • Tian J & al.
  • J Gastroenterol Hepatol
  • 16 nov. 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Selon une nouvelle méta-analyse parue dans le Journal of Gastroenterology and Hepatology , un faible IMC (indice de masse corporelle) est associé à un risque accru de cancer de l’oesophage et de carcinome épidermoïde de l’œsophage. Le surpoids et l’obésité favorisent de leur côté le risque d’adénocarcinome, tandis qu’ils sont associés à une réduction du risque de celui de carcinome épidermoïde. Ces données suggèrent également une différence selon l’origine ethnique, les caucasiens étant plus souvent concernés par ces associations que les sujets d’origine asiatique.

Cette publication est intéressante car les études consacrées jusqu’à présent aux relations entre poids et risque de cancer de l’oesophage concernaient principalement un type histologique ou une seule catégorie d’IMC et ont pu conduire à des données contradictoires. Celle-ci compile l’ensemble de ces aspects. Elle complète les données relatives aux autres facteurs de risque déjà identifiés.

Principaux résultats

Les auteurs ont trouvé une association significative entre l'insuffisance pondérale et le risque de cancer de l’œsophage (RR 1,78 [1,48-2,14], I 2 =22,6%, 13 études), essentiellement pour les sujets caucasiens (relation non significative pour les sujets asiatiques). Cette relation était vérifiée pour le risque de cancer épidermoïde pris isolément (RR 1,57 [1,20-2,06], I 2 =38,8%, avec une association plus forte pour les sujets caucasiens versus asiatiques) mais non pour le risque d’adénocarcinome (RR 1,01 [0,48-2,15], I 2 =62,0%). Ces relations étaient surtout vérifiées lorsque l’IMC était mesuré durant l’étude et non auto-rapporté.

Aucune association significative n’a été identifiée entre le surpoids et le risque de cancer de l’œsophage (RR 1,14 [ 0,98-1,30], I 2 =77,2%), mais pris isolément l’analyse a permis d’observer une relation inverse avec le risque de cancer épidermoïde (RR 0,71 [0,60-0,84], I 2 =54,4%), alors que le surpoids accroissait le risque d’adénocarcinome (RR 1,56 [1,42-1,71], I 2 =30,2 %) par rapport au poids normal. La significativité de ces associations était vérifiée pour les sujets caucasiens (et non pour les sujets asiatiques).

Enfin, la relation entre obésité et risque de cancer de l’œsophage était significative. Par ailleurs, les relations observées précédemment concernant le surpoids étaient vérifiées concernant les risques de cancer épidermoïde et d’adénocarcinome pris isolément (RR respectif de 0,63 [0,47-0,84], I 2 =50,4% et 2,34 [ 2,02-2,70], I 2 =54,7%).