Risque de cancer chez les patients atteints d’une dermatite atopique


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les patients atteints d’une dermatite atopique (DA) pourraient présenter un risque accru de carcinome kératinocytaire et de cancer du rein, et, dans le même temps, une probabilité plus faible de développer des cancers du poumon et du système respiratoire. C’est ce que suggèrent les résultats d’une analyse publiée dans la revue JAMA Dermatology

Dans une revue systématique et une méta-analyse, des chercheurs ont examiné des données provenant de 8 études de cohortes populationnelles (n = 5 726 692 participants) et de 48 études cas-témoins (n = 114 136 participants) pour évaluer le risque de cancers non cutanés et cutanés chez des patients atteints d’une DA, par rapport à la population générale sans DA. 

Les auteurs ont rapporté que la DA était associée de façon statistiquement significative au carcinome kératinocytaire (ratio d’incidence standardisé [RIS] combiné de 5 études : 1,46 ; IC à 95 % : 1,20–1,77) et au cancer du rein (2 études ; RIS combiné : 1,86 ; IC à 95 % : 1,14–3,04) dans des études de cohortes populationnelles. Les études cas-témoins ont démontré une probabilité plus faible de cancers du système respiratoire (4 études ; rapport de cotes [RC] combiné : 0,61 ; IC à 95 % : 0,45–0,82). Des données probantes contradictoires ont été constatées pour les cancers du système nerveux central et le cancer du pancréas, des études de cohortes ayant montré un risque plus élevé de cancer associé à la DA, tandis que les études cas-témoins ont montré une probabilité plus faible. 

Les auteurs ont conclu que des recherches plus approfondies sont nécessaires pour mieux comprendre les mécanismes sous-jacents à une possible association entre la DA et le risque de cancer.