Risque accru d’encéphalopathie sous baclofène

  • Muanda FT & al.
  • JAMA
  • 9 nov. 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Une étude publiée dans la revue JAMA précise pour la première fois l’incidence de l’encéphalopathie chez des sujets insuffisants rénaux ayant initié un traitement par baclofène. Les résultats montrent que le risque d'hospitalisation pour encéphalopathie dans les 30 jours après initiation du traitement serait de 1,1% lorsque la dose de baclofène est ≥20mg/j et de 0,42% lorsque la dose est

Pourquoi cette étude est importante ?

Le baclofène est un dérivé de l’acide gamma-aminobutyrique (GABA). Il agit comme myorelaxant d’action centrale, et il est prescrit en cas de contractures spastiques d’origine neurologique. Il est également indiqué en France depuis octobre 2018 pour le traitement de l’alcoolo-dépendance. Il est utilisé dans les deux situations à la dose maximale de 80 mg/j (voir 100 à 120 mg/j en milieu hospitalier pour la première de ces indications). Le baclofène est éliminé sous forme inchangée par les urines, l’altération de la fonction rénale peut donc favoriser son accumulation. Plusieurs cas d’encéphalopathie en lien avec la prise de baclofène ont été rapportés après initiation de ce traitement. En revanche, aucune étude clinique n’avait jusqu’à présent quantifié le risque chez des patients souffrant de maladie rénale chronique. 

Protocole de l’étude

Cette étude rétrospective a été menée au Canada entre 2007 et 2018. Les participants étaient des sujets âgés (66 ans et plus) ayant une maladie rénale chronique (définie par un DFG estimé 2) mais non dialysés. L’encéphalopathie était définie par une altération de la conscience, un diagnostic de délire, une sensation de désorientation, un accident ischémique transitoire, une démence non spécifiée dans les 30 jours post initiation du baclofène.

Principaux résultats

Parmi l’ensemble des patients, 60,9% avaient initié le traitement à une dose ≥20 mg/j et 39,1% à une dose 2 montrent que 1,1% des sujets ayant initié un traitement par baclofène à une dose ≥20mg/j et 0,42% de ceux l’ayant initié à une dose

Le délai médian entre l’initiation du traitement et l’hospitalisation était de 3 jours pour ceux qui avaient initié le baclofène à 20 mg ou plus, contre 8 jours pour les autres.

La durée médiane de dispensation continue du baclofène était de 15 jours pour ceux qui avaient pris le traitement à une dose ≥20 mg et de 30 jours pour ceux qui l’avaient pris à moins de 20 mg/j.