Rhume et vasoconstricteurs sans ordonnance : les usagers doivent être mieux informés !


  • Fanny Le Brun
  • Actualités des médicaments
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Des médicaments contenant un vasoconstricteur (pseudoéphédrine), largement utilisés pour traiter les symptômes du rhume, sont disponibles sans ordonnance. Or, ils peuvent entraîner des effets indésirables rares mais graves, notamment cardiovasculaires (infarctus du myocarde) et neurologiques (accident vasculaire cérébral ischémique). Ces évènements indésirables peuvent être liés à un mauvais usage comme :

  • Une utilisation prolongée au-delà de 5 jours,
  • Une association entre vasoconstricteurs administrés par voie orale et par voie nasale,
  • Un non-respect des contre-indications.

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) souhaite donc renforcer l’information des patients sur ces médicaments. Pour cela, l’ensemble des acteurs concernés a été sollicité (patients, professionnels de santé et industriels) afin d’engager une réflexion sur les mesures à mettre en place. Il est envisagé de :

  • Diffuser aux pharmaciens d’officine, courant janvier, une fiche d’aide à la dispensation des vasoconstricteurs par voie orale, rappelant notamment les contre-indications de ces médicaments.
  • Mettre à disposition des pharmaciens une fiche d’information à remettre aux patients lors de la délivrance, afin de présenter les recommandations de bon usage des vasoconstricteurs, leurs risques ainsi que les conseils en cas de rhume.