Rhumatisme psoriasique : la qualité de vie dépend-elle davantage de l’atteinte cutanée ou articulaire ?

  • Kavanaugh A & al.
  • Ann Rheum Dis
  • 1 sept. 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

L’amélioration des signes articulaires est déterminante pour améliorer la qualité de vie globale des patients atteints de rhumatisme psoriasique (RP) : en effet, ceux qui n’ont qu’une amélioration de l’atteinte cutanée n’ont pas d’évolution significative de leur score de qualité de vie, contrairement à ceux ne présentent qu’une amélioration de l’atteinte articulaire. Cependant, seuls ceux qui ont une amélioration conjointe des deux types de manifestations atteignent des scores élevés de qualité de vie.

Ces observations, issues de l’analyse poolée de deux études de phase 3 ayant comparé l’efficacité de l’ixekinumab à celle du placebo, soulignent l’importance de l’amélioration concomitante des deux types de manifestations dans les objectifs thérapeutiques.

Une analyse menée à partir des études SPIRIT-P1 et SPIRIT-P2

Ces deux études de phase 3 avaient comparé l’ixekinumab (anti-IL-17A) au placebo dans le traitement du RP (au moins 3 articulations gonflées, au moins 3 articulations douloureuses et une atteinte psoriasique documentée ou active). SPIRIT-P1 avait inclus des patients naïfs de traitement, SPIRIT-P2 des patients présentant une mauvaise réponse ou une intolérance aux anti-TNFs. Plusieurs scores de qualité de vie étaient utilisés (scores EQ-5D VAS, WPAI, SF-36) et le suivi était maintenu durant 24 semaines.

Principaux résultats

  • Les études ont inclus un total de 402 patients ayant une atteinte cutanée ≥3% de la surface corporelle atteinte, parmi lesquels 224 présentaient une atteinte ≥10% de la surface corporelle.
  • Sur la base du score EQ-5D VAS, les patients ayant une amélioration maximale de la qualité de vie par rapport à l’inclusion étaient ceux qui avaient présenté conjointement 100% d’amélioration selon les scores DAPSA ( Disease Activity Index for Psoriatic Arthritis ) et PASI ( Psoriasis Area and Severity Index ).
  • Lorsque seul le score DAPSA était amélioré de 100% (sans amélioration cutanée selon le PASI), le score de qualité de vie était amélioré de 17,7 points par rapport à l’inclusion. À l’inverse, lorsque seul le score PASI était amélioré de 100% (sans amélioration articulaire selon le DAPSA), le score de qualité de vie évoluait de -1,2 points par rapport à l’inclusion. Enfin, l’analyse des données des 224 patients ayant une atteinte cutanée ≥10 % de la surface corporelle a montré que l’amélioration de la qualité de vie dépend plus fortement de celle des signes cutanés.

Financement

Les études SPIRIT étaient sponsorisées par Eli Lilly.