RGO chronique : un dépistage de maladie GI supérieure est-il nécessaire ?

  • Groulx S & al.
  • CMAJ
  • 6 juil. 2020

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le Groupe d’étude canadien sur les soins de santé préventifs déconseille un dépistage régulier de l’adénocarcinome œsophagien, l’œsophage de Barrett ou la dysplasie chez les adultes atteints d’un reflux gastro-œsophagien (RGO) chronique.

Pourquoi est-ce important ?

  • La prévalence du RGO avec des symptômes hebdomadaires est de 10 à 20 % en Europe et en Amérique du Nord.

Points clés

  • Cette recommandation ne s’applique pas aux patients présentant un œsophage de Barrett ou à ceux qui présentent des symptômes alarmants potentiellement causés par un adénocarcinome, tels que la dysphagie, l’odynophagie, les vomissements récurrents, la perte de poids inexpliquée, l’anémie, la perte d’appétit ou les saignements gastro-intestinaux (GI).
  • Une revue de la littérature n’a permis de mettre en évidence aucune donnée probante suggérant un bénéfice associé au dépistage de l’adénocarcinome œsophagien ou de l’un de ses précurseurs (l’œsophage de Barrett, la dysplasie), chez les patients adultes atteints d’un RGO.
  • Les risques associés au dépistage sont incertains, mais le dépistage est associé à certains coûts et pourrait entrer en conflit avec les valeurs et les préférences des patients.
  • Le dépistage des patients présentant un RGO chronique était associé à l’identification d’un plus grand nombre de cas d’adénocarcinome œsophagien de stade précoce dans le cadre d’une étude rétrospective, mais aucune différence au niveau la mortalité toutes causes confondues à long terme n’a été identifiée.
  • L’acceptation du dépistage par les patients variait considérablement.
    • Certains patients ont bien accepté le dépistage en raison de facteurs de risque individuels ou familiaux, de croyances personnelles ou d’inquiétudes concernant un diagnostic à un stade plus avancé.
    • D’autres n’ont pas apprécié le caractère invasif et les risques potentiels du dépistage.