REWIND : le dulaglutide confirme son bénéfice sur le rein

  • Gerstein HC & al.
  • Lancet
  • 7 juin 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Les résultats des analyses exploratoires de l’étude prospective REWIND montrent qu’un traitement par injection de dulaglutide SC de 5,4 ans en moyenne réduirait le risque de survenue du critère composite d’évaluation de la fonction rénale (apparition d’une macroalbuminurie, déclin de la fonction rénale d’au moins 30% et dialyse ou transplantation rénale). L’effet du dulaglutide sur le rein serait clairement favorisé par la diminution de 23% du risque d'apparition d'une macroalbuminurie. Des analyses complémentaires ont par ailleurs suggéré que cet effet ne serait pas complètement médié par l’effet du dulaglutide sur la glycémie ou la pression artérielle. 

Pourquoi ces résultats sont intéressants ?

Une précédente étude avait montré que chez les sujets avec insuffisance rénale chronique de stade 3 ou 4, le dulaglutide réduisait le déclin du DFGé à un an. Ce résultat sur le rein est d’ailleurs le plus important des effets bénéfiques du dulaglutide sur la composante microvasculaire évalués dans l’étude REWIND. 

Méthodologie

REWIND est une étude internationale, randomisée, menée en double aveugle versus placebo. Les patients diabétiques de type 2 (DT2) inclus avaient au moins 50 ans et soit des antécédents d’événement cardiovasculaire, soit des facteurs de risque cardiovasculaire. Ils ont été randomisés pour recevoir du dulaglutide 1,5 mg en SC une fois par semaine ou un placebo. Puis un suivi tous les 6 mois a été assuré. Le critère composite rénal d’évaluation était constitué du développement d’une macroalbuminurie (ratio albumine/créatinine urinaire >33,9 mg/mmol), de la diminution soutenue du DFGé (≥30%) ou de l’initiation d’un traitement de remplacement de la fonction rénale (dialyse ou transplantation).

Principaux résultats

Au total, 9.901 patients ont été randomisés sous dulaglutide (n=4.949, 1,5 mg SC, 1 fois par semaine) ou placebo (n=4.952).

À l’inclusion, l’HbA1c moyenne était de 7,3%, 7,9% des patients avaient une macroalbuminurie et le DFGé moyen était de 76,9 mL/min/m2.

  • Au cours du suivi moyen de 5,4 ans, les analyses exploratoires ont montré que 17,1% des participants sous dulaglutide et 19,6% de ceux sous placebo avaient développé le critère composite rénal      . Ainsi, le hazard ratio était de 0,85 [0,77-0,93], p=0,0004).
  • L’effet était tout particulièrement marqué et seulement significatif pour l’apparition d’une macroalbuminurie : HR 0,77 [0,68-0,87], p

Principales limitations

Il s’agit d’analyses exploratoires qui mériteraient d’être confirmées.