Revue Cochrane : la metformine pour prévenir/retarder le diabète chez les personnes à risque


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle revue Cochrane a conclu que la metformine pourrait réduire ou retarder le risque de diabète sucré de type 2 (DST2) chez les individus à risque, après une comparaison avec un placebo ou un régime alimentaire. 

Les chercheurs ont examiné les données probantes tirées de 20 essais contrôlés randomisés, qui avaient inclus 6 774 participants, afin d’évaluer les effets de la metformine pour prévenir ou retarder le DST2 chez les personnes à risque accru de présenter cette affection. Le groupe comparateur reposait sur la mise en place d’un régime alimentaire et d’une activité physique, la mise en place intensive d’un régime alimentaire et d’une activité physique ou la prise d’un autre médicament hypoglycémiant. 

Les chercheurs ont identifié des données probantes modérées selon lesquelles la metformine, par rapport à un placebo ou à la mise en place d’un régime alimentaire et d’une activité physique, a réduit ou retardé le risque de DST2 chez les personnes présentant une tolérance au glucose altérée (TGA) et/ou un glucose à jeun altéré (GJA). Les auteurs ont noté qu’à la suite de la mise en place du régime alimentaire et de la pratique d’une activité physique ou à la suite de la prise d’un médicament antidiabétique autre que la metformine, 281 participants sur 1 000 ont développé un DST2, contre 141 participants sur 1 000 après le traitement par metformine. 

Par rapport à la mise en place intensive d’un régime alimentaire et d’une activité physique, la metformine n’a pas réduit ou retardé le risque de DST2. Concernant l’association de la metformine et de la mise en place intensive d’un régime alimentaire et d’une activité physique, par rapport à la seule mise en place intensive d’un régime alimentaire et d’une activité physique, ni l’un ni l’autre n’ont montré d’avantage ou d’inconvénient concernant le développement du DST2.

Les auteurs ont souligné que tous les essais présentaient un risque de biais incertain ou élevé.