Retard dans la prise en charge et les services relatifs à la PrEP, avec des tendances inquiétantes en Europe

  • Hodges-Mameletzis I & al.
  • Sex Health
  • 1 nov. 2018

  • Par Emily Willingham, PhD
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Quelque 40 pays devraient avoir adopté les recommandations de l’OMS pour la prophylaxie pré-exposition (PrEP) par voie orale d’ici 2019, dont 42,9 % en Europe.
  • Toutefois, sur les 53 pays de la Région européenne de l’OMS, seuls 15 ont adopté des politiques relatives à la PrEP ou sont en attente d’adoption de telles politiques.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le dernier rapport de l’OMS indique également des tendances indésirables en matière de nouvelles infections à VIH dans certaines régions d’Europe.
  • La Région européenne de l’OMS est la seule région dans le monde où les taux d’infection augmentent, ce qui peut s’expliquer en partie par des retards dans l’accès à la PrEP.

Principaux résultats

  • En juin 2018 :
    • 35/194 états membres de l’OMS avaient mis en place une politique relative à la PrEP par voie orale ;
    • sur ces 35 états membres, 42,9 % (15 pays) se trouvent dans la Région européenne ;
    • 30,0 % (12 pays) sont dans la Région africaine ;
    • 5 étaient en attente d’adoption d’une politique ;
    • 21/40 sont des pays à revenus faibles/moyens.
  • Les États-Unis ont été l’un des premiers pays à adopter une politique, en 2011.
  • La PrEP a été préconisée dans 2 actualisations des recommandations européennes.
  • La France, la Suisse et l’Espagne se sont dotées de politiques reconnaissant les indications pour les populations (adolescents, femmes enceintes) et les situations spéciales.

Protocole de l’étude

  • Examen et analyse des pays ayant adopté les recommandations de l’OMS de 2015 en matière de PrEP par voie orale.
  • Financement : Subvention de l’OMS par l’intermédiaire de la Fondation Bill et Melinda Gates et Unitaid.

Limites

  • Possibilité limitée que certaines données aient été négligées lors de la recherche des sources.