Résection du CHC : les récidives tardives sont confinées en grande partie au foie

  • JAMA Surg

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Tous les patients ayant fait l’objet d’une résection d’un carcinome hépatocellulaire (CHC) qui ont présenté une récidive tardive (2 ans après l’opération ou plus) avaient des tumeurs intrahépatiques ; environ 10 % des patients ont également présenté une récidive extrahépatique.

Pourquoi est-ce important ?

  • La surveillance des récidives tardives est essentielle pour améliorer la SG, mais elle doit porter sur le foie.

Protocole de l’étude

  • 734 patients étaient vivants et ne présentaient aucune récidive 2 ans après la résection chirurgicale d’un CHC.
  • Financement : Fondation nationale des sciences naturelles de Chine ; autres.

Principaux résultats

  • 41,3 % des patients ont développé une récidive tardive à une durée médiane de suivi de 78,0 mois.
  • Après une analyse multivariée, les facteurs de risque indépendants de récidive tardive ont inclus le sexe masculin (RR : 1,372 ; IC à 95 % : 1,022–1,875), la présence d’une cirrhose (RR : 1,421 ; IC à 95 % : 1,096–1,843), la présence de plusieurs tumeurs (RR : 1,559 ; IC à 95 % : 1,138–2,136), la présence de nodules satellites (RR : 1,587 ; IC à 95 % : 1,127–2,165), une taille de tumeur maximale supérieure à 5 cm (RR : 1,487 ; IC à 95 % : 1,104–2,003) et une invasion vasculaire macroscopique (RR : 4,631 ; IC à 95 % : 2,475–8,667).
  • 90,1 % des patients ayant présenté une récidive tardive avaient développé une récidive intrahépatique uniquement, 9,9 % des patients avaient développé une récidive intrahépatique et extrahépatique, et aucun patient n’a eu de métastases extrahépatiques uniquement sans récidive intrahépatique.
  • Les patients présentant une récidive qui ont fait l’objet d’une surveillance régulière de la survenue d’une récidive (46,2 %) avaient une SG significativement meilleure à ceux n’ayant pas fait l’objet d’une telle surveillance (RR : 0,306 ; IC à 95 % : 0,224–0,418).

Limites

  • Étude rétrospective.