Résection du CBNPC : le risque de récidive n’est pas plus élevé en présence d’antécédents de cancer

  • Nakao K & al.
  • Ann Thorac Surg
  • 14 août 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le fait d’avoir des antécédents de tumeur maligne extrathoracique n’a pas augmenté le risque de récidive après une résection chirurgicale du cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC).

Pourquoi est-ce important ?

  • Il existe peu de données relatives aux résultats dans cette population de patients, et aucun consensus n’existe entre les cliniciens concernant le moment approprié de la réalisation de ces résections.

Protocole de l’étude

  • 878 patients ont fait l’objet d’une résection pulmonaire à visée curative pour un CBNPC de stade I–III.
  • La durée de suivi médiane après la résection était de 7,55 ans.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 22,3 % des patients avaient des antécédents de traitement pour une tumeur maligne extrathoracique.
  • Le CBNPC de stade I était plus fréquent chez les patients ayant des antécédents de tumeur maligne (96,4 % contre 74,2 % ; P 
  • Les patients ayant des antécédents de tumeur maligne ont présenté une meilleure survie sans récidive (SSR) à 5 ans que les patients sans antécédents de tumeur maligne inclus dans tous les groupes de patients (79,8 % contre 69,6 % ; P = 0,008).
  • Les patients atteints d’un CBNPC de stade I et ayant des antécédents de tumeur maligne ont présenté une SG moins favorable à 5 ans (88,5 % contre 79,9 % ; P 
  • Une analyse multivariée a révélé que les antécédents de tumeur maligne extrathoracique étaient associés à un pronostic moins favorable (rapport de risque corrigé [RRc] : 2,09 ; P 

Limites

  • Étude rétrospective monocentrique.