Remplacer la viande rouge par de la volaille pourrait réduire le risque de cancer du sein


  • Pavankumar Kamat
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle étude indique que la consommation de viande rouge pourrait augmenter le risque de cancer du sein invasif, tandis que la consommation de volaille pourrait réduire ce risque. 

Les chercheurs ont obtenu des informations alimentaires sur la consommation de viande des participantes à l’Étude sur les sœurs (n = 42 012), en se servant de la version modifiée du Questionnaire de fréquence alimentaire de Block de 1998 (1998 Block Food Frequency Questionnaire) au moment de l’inclusion. Des associations entre le risque de cancer du sein et les différents types de viande, les pratiques de cuisson et les formations mutagènes dans la viande ont été déterminées.

Pendant le suivi, 536 cancers du sein invasifs ont été diagnostiqués au moins 1 an après l’inclusion.

Les participantes situées dans le quartile supérieur de consommation de viande rouge présentaient un risque 23 % plus élevé de cancer du sein invasif que celles situées dans le quartile inférieur (Ptendance = 0,01). Inversement, les participantes situées dans le quartile supérieur de la consommation de volaille présentaient un risque 15 % plus faible de cancer du sein invasif, par rapport à celles situées dans le quartile inférieur (Ptendance = 0,03). Aucune association n’a été établie entre les pratiques de cuisson de la viande, les niveaux de fer héminique ou d’amines hétérocycliques potentiellement mutagènes et le risque du cancer du sein.  

Les auteurs, qui ont écrit dans la revue International Journal of Cancer, ont conclu en déclarant : « Il pourrait être bénéfique de remplacer la viande rouge par de la volaille pour réduire le risque global de cancer du sein. » Ils appellent à mener d’autres recherches visant à comprendre l’association protectrice entre la consommation de volaille et le risque de cancer du sein.