Réforme du troisième cycle des études médicales: Vers une grève des anesthésistes réanimateurs ?

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

Paris, le vendredi 17 février 2017 - L'application de la réforme du 3è cycle des études médicales suscite la colère de plusieurs spécialités. La parution de l'arrêté ministériel du 26 décembre 2016, qui fixe le nombre d'internes par spécialité sur la période 2016-2020, concentre celle des anesthésistes réanimateurs.

Pour rappel, un mouvement d'union nationale des composantes de l'anesthésie-réanimation (AR) dénonce la répartition des postes d'internes fixée dans le co-DES Anesthésie-réanimation/Médecine intensive réanimation (DESAR MIR). Le décret de décembre 2016 a réajusté à la baisse le nombre de postes d'internes en AR (459 pour la période 2017-2018, 460 en 2016-2017) alors que l'arrêté du 22 décembre 2015 prévoyait 487 postes en AR pour 2016-17 (487 en 2015-2016). L'anesthésie-réanimation perd donc 28 postes avec la création du coDES. Pour la filière MIR, 97 postes sont prévus par an, ce qui apparait aux spécialistes de l'AR comme nettement supérieur aux capacités hospitalières de formation. Ils avaient estimé ces capacités autour de 50-60 postes par an. Pour eux cette répartition remet en cause la qualité des soins dispensés au bloc opératoire, en réanimation et unité de surveillance, et elle ne tient pas compte de la démographie de l'AR ni des capacités de formation.

Le 17 janvier dans un communiqué commun, les organisations signataires* ont interpellé les pouvoirs publics sur « la défaillance du système actuel de régulation et l'incohérence de la distribution du nombre de postes au sein du DESAR MIR », et leurs conséquences. Elles demandaient notamment à être reçues par le ministère de la Santé sous l'égide de leur Conseil national professionnel (CNP).

La médecine intensive-réanimation souhaite faire retomber la polémique

En réponse à ce communiqué, le CNP-MIR, qui regroupe les différentes composantes de sa spécialité**,défend la pertinence du nombre de 97 postes d'internes MIR et la justifie : « Deux raisons majeures expliquent la pertinence du chiffre retenu de la formation annuelle d'une centaine d'internes MIR : la première correspond à la prise en compte de la très importante proportion de malades médicaux dans les structures de réanimation polyvalente (supérieure à 60%) et la seconde à la nécessité d'un effectif médical de huit équivalents temps plein pour respecter les textes réglementaires concernant en particulier la durée du temps de travail et la nécessité d'assurer la permanence des soins ». L'effectif MIR reste même sous-évalué, ajoute t-il dans son communiqué du 20 janvier.

Il explique d'autre part qu' « en aucun cas (…) il n'a été envisagé que notre filière de formation impacte le nombre d'internes à même de s'inscrire dans la filière AR. Il est à noter que l'ONDPS a très logiquement veillé au maintien à l'unité près des effectifs AR ». Il apparait pour lui « totalement incohérent de prétendre que la transformation d'une spécialité complémentaire en spécialité à part entière aura un impact négatif sur la formation et les débouchés professionnels des AR avec de plus une dégradation de la qualité des soins. » Souhaitant se placer au-delà de toute polémique, le CNP-MIR estime que « les enjeux pour la qualité des soins des malades les plus graves sont majeurs et exigent une collaboration sereine et réfléchie entre les différents acteurs ». Il demande l'organisation d'une réunion de concertation entre les deux filières MIR et AR, sous l'égide de la DGOS, du ministère de la santé et de celui de l'enseignement supérieur.

Menace de grève

Les CNP d'AR et de MIR ont été reçus à la DGOS le 10 février en présence de l'Observatoire National Des Professionnels de Santé (ONDPS) et du Conseil National de l'Ordre des Médecins (CNOM). Cette réunion a permis de préciser 2 points, expliquent le SN...