Réévaluation des quinolones et fluoroquinolones : peuvent-elles encore être prescrites ?


  • Fanny Le Brun
  • Actualités des médicaments
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les antibiotiques de la famille des quinolones et des fluoroquinolones sont associés à des effets indésirables graves, durables (plusieurs mois ou années), invalidants et potentiellement irréversibles, affectant principalement :

  • Le système musculo-squelettique : tendinite, rupture de tendon, douleurs musculaires, faiblesse musculaire, arthralgie, gonflement articulaire et troubles de la marche,
  • Le système nerveux : neuropathie périphérique, insomnie, dépression, fatigue, troubles de la mémoire, troubles de la vue, de l’audition, de l’odorat et du goût.

C’est pourquoi, ces antibiotiques viennent d’être réévalués par l’Agence européenne des médicaments (EMA) qui conclut que :

  • Les quinolones doivent être retirées du marché,
  • Les indications des fluoroquinolones doivent être restreintes aux infections pour lesquelles l’utilisation d’un antibiotique est indispensable et lorsque d’autres antibiotiques ne peuvent pas être utilisés.

Ainsi, les médicaments à base de fluoroquinolones ne doivent pas être prescrits pour :

  • Traiter des infections non sévères ou spontanément résolutives (ex : pharyngite, angine et bronchite aiguë),
  • Prévenir la diarrhée du voyageur ou les infections récidivantes des voies urinaires basses,
  • Traiter des infections non bactériennes comme la prostatite (chronique) non bactérienne,
  • Traiter des infections de sévérité légère à modérée (notamment cystite non compliquée, exacerbation aiguë de la bronchite chronique et de la broncho-pneumopathie chronique obstructive [BPCO], rhino-sinusite bactérienne aiguë et otite moyenne aiguë), à moins que les autres antibiotiques habituellement recommandés pour ces infections soient jugés inappropriés,
  • Traiter des patients ayant déjà présenté des effets indésirables graves avec un antibiotique de la famille des quinolones ou fluoroquinolones.

Les substances actives concernées en France sont : ciprofloxacine, lévofloxacine, loméfloxacine, moxifloxacine, norfloxacine, fluméquine et ofloxacine.

La prudence est recommandée chez certains patients particulièrement vulnérables au risque de tendinite et de rupture de tendon induites par les fluoroquinolones : personnes âgées, insuffisants rénaux, patients ayant reçu une greffe d’organes solides et ceux traités simultanément par des corticoïdes (la prise concomitante de corticoïdes et de fluoroquinolones doit être évitée).

Les patients doivent être informés des risques et des symptômes devant les amener à arrêter le traitement et à consulter.