Réduction du risque de démence : l’OMS publie de nouvelles recommandations


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une supplémentation en vitamines B et E, en acides gras polyinsaturés et en complexes multivitaminés ne doit pas être recommandée pour réduire le risque de déclin cognitif, d’après de nouvelles recommandations publiées par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) cette semaine. 

Ces nouvelles recommandations offrent une base de connaissances aux professionnels de santé, afin qu’ils puissent conseiller leurs patients sur les mesures à prendre afin de prévenir le déclin cognitif et la démence, et prodiguer des conseils sur des sujets tels que la gestion du poids, les interventions liées à la nutrition et la prise en charge des comorbidités. 

Les auteurs recommandent de proposer aux adultes fumeurs des interventions de sevrage tabagique, car cela pourrait réduire le risque de déclin cognitif et de démence, en plus des autres bénéfices de santé qui y sont associés. Ils recommandent de manière conditionnelle de proposer un entraînement de la fonction cognitive aux adultes plus âgés ayant une fonction cognitive normale ou une légère altération de la fonction cognitive, afin de réduire le risque de déclin cognitif et/ou de démence.

Les auteurs estiment que les données probantes appuyant l’utilisation de médicaments antidépresseurs pour réduire le risque de déclin cognitif et/ou de démence chez les patients ayant une fonction cognitive normale ou une légère altération de la fonction cognitive et présentant un trouble dépressif sont insuffisantes pour établir une recommandation. Ils déclarent également que les données probantes appuyant l’utilisation d’aides auditives afin de réduire le risque de déclin cognitif sont insuffisantes pour établir une recommandation.