REDUCE-IT : 25% de risque cardiovasculaire en moins sous dérivé purifié d’EPA

  • Bhatt DL & al.
  • N Engl J Med
  • 3 janv. 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Les résultats de l’étude REDUCE-IT montrent que chez les patients présentant un taux élevé de triglycérides (taux médian à l’inclusion 216 mg/L) malgré un traitement par statines, le risque d’évènement ischémique (dont le décès d’origine cardiovasculaire) serait diminué de 25% chez ceux recevant 2 g d’icosapent éthyl (dérivé de l’oméga-3 eicosapentaénoïque EPA) deux fois par jour par rapport à ceux sous placebo. Ainsi, ces données suggèrent que l’icosapent éthyl aurait un intérêt en prévention cardiovasculaire secondaire. Ces résultats différent de ceux de récentes études, peut-être du fait d’un ratio acide eicosapentaénoïque/acide docosahexaénoïque (ou EPA/DHA) plus faible dans les autres essais, et de l’administration ici d’un dérivé hautement purifié de dérivé d’EPA à une dose d’équivalent EPA supérieure aux autres études.

Pourquoi cette étude a-t-elle été menée ?

Même chez les sujets traités par statines, il existe un risque cardiovasculaire substantiel résiduel. L’icosapent éthyl, est un ester hautement purifié dérivé de l’EPA, qui diminue les taux de triglycérides. Les chercheurs ayant réalisé cette étude ont été incités à le faire suite aux résultats d’une étude japonaise qui récemment a suggéré que le risque d’événement coronarien majeur était significativement diminué de 19% chez les sujets qui recevaient de l’EPA en plus d’un traitement par statines par rapport à ceux recevant des statines seules.

Méthodologie

L’étude Reduction of Cardiovascular Events with Icosapent Ethyl-Intervention Trial (REDUCE-IT) est une étude de phase 3b, multicentrique, randomisée menée en double aveugle versus placebo. Les patients inclus devaient présenter une maladie cardiovasculaire établie (ou un diabète et d’autres facteurs de risque), être traités par statines et avoir un taux de triglycérides à jeun entre 135 et 499 mg/dL (1,52 à 5,63 mmol/L). Les patients étaient randomisés pour recevoir soit 2 g d’icosapent éthyl deux fois par jour soit un placebo. 

Principaux résultats

Un total de 8.179 patients ont été inclus dans l’étude (70,7% en prévention cardiovasculaire secondaire) et suivis sur une durée médiane de 4,9 ans. L’âge médian était de 64 ans, 28,8% étaient des femmes. À l’inclusion, le taux médian de LDL-c était de 75,0 mg/dL (1,94 mmol/L), le taux médian de HDL-c de 40,0 mg/dL (1,03 mmol/L) et le taux médian de TG de 216,0 mg/dL (244 mmol/L).

Entre l’inclusion et la fin de la première année, le taux médian de TG a diminué de 18,3% dans le groupe icosapent éthyl et a augmenté de 2,2% dans le groupe placebo (p

Le taux médian de LDL-c, lui, a augmenté de 3,1% dans le groupe icosapent éthyl et de 10,2% dans le groupe placebo (p

Sur l’ensemble de la cohorte, le risque de survenue d’un décès d’origine cardiovasculaire, d'un IDM non fatal, d'un AVC non fatal, d'une revascularisation coronarienne ou d'un angor instable (critère composite principal d’évaluation) était réduit de 25% sous icosapent éthyl. En effet le taux de survenue du critère principal était de 17,2% sous icosapent éthyl versus 22,0% sous placebo, soit un hazard ratio de 0,75 [0,68-0,83], (pversus 2,1%, p=0,004). Des saignements graves sont survenus chez 2,7% des patients du groupe actif contre 2,1% du groupe placebo (p=0,06).

Financements 

Étude financée par Amarin Pharma.