Rectocolite hémorragique : évaluation de l’efficacité de l’ustekinumab

  • Sands BE & al.
  • N Engl J Med
  • 26 sept. 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Chez des sujets souffrant de rectocolite hémorragique modérée à sévère, une étude de phase 3 montre la supériorité d’un traitement par ustekinumab versus placebo sur l’atteinte de la rémission. En effet, une proportion significativement plus importante de patients ont atteint la rémission clinique après 8 semaines d’un traitement d’induction (130 mg ou 6 mg/kg en IV) et d’un traitement de maintien de 44 semaines (90 mg en SC toutes les 8 ou 12 semaines) que sous placebo. Des signaux d’alerte sont cependant présents à travers un nombre de décès, de cancers et d’infections opportunistes supérieur sous traitement actif versus placebo.

Pourquoi cette étude est intéressante ?

L’ustekinumab est un anticorps monoclonal qui se fixe sur l’interleukine 12 et l’interleukine 23. Cette molécule est déjà approuvée dans le psoriasis, le rhumatisme psoriasique et la maladie de Crohn. 

Méthodologie

UNIFI est une étude de phase 3 qui consistait à traiter des patients souffrant de rectocolite hémorragique active modérée à sévère par ustekinumab, avec une phase d’induction de 8 semaines et une phase de maintien du traitement durant 44 semaines. Les patients étaient randomisés pour recevoir 130 mg d’ustekinumab en IV ou une dose d’environ 6 mg/kg ou un placebo. Puis, les sujets répondeurs au traitement d’induction de 8 semaines étaient randomisés pour recevoir une injection de 90 mg d’ustekinumab en SC toutes les 8 ou 12 semaines ou un placebo.

La rémission étant définie comme un score Mayo ≤2 sur l’échelle de 0 à 12 (les scores les plus élevés correspondants aux formes les plus sévères) et l’absence de sous-score >1 (échelle de 0 à 3) pour chacun des 4 composants de l’échelle Mayo. 

Principaux résultats

Sur les 961 patients randomisés (n=320 sous ustekinumab 130 mg, 322 sous ustekinumab 6 mg/kg et n=319 sous placebo), 81,5% ont participé à la phase de maintien. Un peu plus de la moitié (51,1%) des patients randomisés étaient déjà en échec d’un précédent traitement par agent biologique au moment de l’inclusion. 

  • À 8 semaines, une proportion significativement supérieure de patients ont atteint la rémission clinique par ustekinumab 130 mg (15,6%) et 6mg/kg (15,5%) versus ceux sous placebo (5,3%). Ces tendances étaient maintenues dans les analyses en sous-groupes définies en fonction des traitements antérieurs. Une proportion plus importante de patients sous ustekinumab (dans les deux groupes) que sous placebo ont bénéficié d’une cicatrisation de la muqueuse confirmée par endoscopie.
  • Après les 44 semaines de maintien du traitement, 38,4% et 43,8% des patients respectivement traités par ustekinumab 90 mg toutes les 12 semaines et toutes les 8 semaines étaient en rémission clinique versus 24,0% sous placebo. Une différence tout à fait significative pour les deux groupes (p=0,002 et p
  • Après la phase d’induction, 3,7%, 3,4% et 6,9% des patients issus respectivement des groupes ustekinumab 130 mg, 6 mg/kg et placebo ont déclaré au moins un événement indésirable grave. Ils étaient 7,6%, 8,5% et 9,7% après les 44 semaines de maintenance respectivement sous ustekinumab 90 mg toutes les 12 semaines, 8 semaines et placebo. Deux décès avant la semaine 44 et un après sont survenus chez les patients traités par ustekinumab. Huit cancers ont été développés durant l’étude (7 sous ustekinumab et 1 sous placebo). Et, deux patients sous ustekinumab ont eu une infection opportuniste.

Principales limitations

Les résultats concernant les patients en rémission clinique après les 44 semaines de maintien doivent être considérés avec précaution car seuls les patients ayant atteint une réponse lors du traitement d’induction ont été inclus dans la seconde randomisation. Ainsi, les taux de rémission après traitement de maintien auraient été différents si l’on avait considéré la population dans son intégralité.

Financements

Étude financée par Janssen Recherche et développement.