Recommandations sur les tests génétiques dans le cadre des soins psychiatriques


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La Société internationale de génétique psychiatrique (International Society of Psychiatric Genetics) a publié des recommandations révisées concernant l’utilisation des tests génétiques dans le cadre des soins psychiatriques. Les nouvelles recommandations, qui représentent la première révision complète depuis 2014, répondent à plusieurs questions controversées, notamment celle de l’utilisation de tests génétiques pour le diagnostic des maladies mentales et pour l’orientation des décisions thérapeutiques.

Les recommandations actuelles sont les premières à être publiées depuis l’avènement des tests chromosomiques à grande échelle visant à dépister l’autisme et d’autres troubles neurologiques du développement. Les recommandations répondent également à des questions émergentes soulevées par l’intérêt croissant de tests destinés directement aux consommateurs et par la mise sur le marché agressive de kits de test génétique commerciaux qui prétendent pouvoir aider les médecins à choisir des médicaments plus sûrs et plus efficaces pour leurs patients psychiatriques.

Le comité a conclu que les tests génétiques directement destinés aux consommateurs n’ont apporté aucun bénéfice de santé aux patients psychiatriques. Il a en outre affirmé la nécessité de protéger les résultats des tests génétiques contre leur divulgation non autorisée et de dispenser une formation en génétique plus approfondie aux professionnels de la santé mentale.

Même si les tests génétiques portant sur les variations du nombre de copies (VNC) sont à présent largement utilisés chez les enfants atteints d’autisme et d’autres troubles neurologiques du développement, le comité n’est pas parvenu à un consensus concernant les tests sur les VNC chez la plupart des adultes atteints d’une maladie mentale.

Le groupe a déclaré que davantage de recherches sont nécessaires pour clarifier le rôle adéquat que peuvent jouer les tests génétiques dans le cadre des soins psychiatriques.