Recommandations : privilégier des AINS, plutôt que des opioïdes, pour le traitement de première intention d’une douleur liée à des lésions autre que dans la partie inférieure du dos

  • Qaseem A & al.
  • Ann Intern Med
  • 18 août 2020

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les cliniciens doivent encourager les patients présentant une douleur aiguë autre que dans la partie inférieure du dos provenant de lésions musculosquelettiques à prendre des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) topiques ou oraux en tant que traitement de soulagement de la douleur en première intention, plutôt que de prendre des opioïdes. C’est ce que préconisent de nouvelles orientations formulées par le Collège américain des médecins (American College of Physicians, ACP) et l’Académie américaine des médecins de famille (American Academy of Family Physicians, AAFP).

Pourquoi est-ce important ?

  • Les orientations diffèrent de celles publiées en mai par l’Association d’orthopédie et de traumatologie (Orthopaedic Trauma Association), lesquelles préconisent l’utilisation d’une analgésie multimodale, notamment des opioïdes à la plus faible dose possible et pendant la plus courte durée possible.

Méthodologie

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir de 207 études portant sur 32 959 patients et une revue systématique a été menée à partir de 14 cohortes portant sur 13 263 393 patients.

Recommandations principales

  • Le traitement de première intention doit inclure des AINS topiques avec ou sans gel à base de menthol.
    • Il s’agit de la seule intervention qui a amélioré tous les résultats.
    • Il s’agit de l’une des interventions les plus efficaces concernant la satisfaction vis-à-vis du traitement et la diminution de la douleur dans un délai inférieur à deux heures et pendant les jours 1 à 7.
    • Les AINS topiques pourraient ne pas être appropriés pour les lésions graves.
  • Les autres options de traitement comprennent les AINS oraux, le paracétamol, l’acupression spécifique ou la neurostimulation électrique transcutanée (Transcutaneous Electrical Nerve Stimulation, TENS).
    • Les cliniciens doivent évaluer les facteurs de risque d’effets indésirables gastro-intestinaux et rénaux ainsi que les préférences thérapeutiques pour le choix d’AINS oraux ou de paracétamol.
    • Amélioration de la douleur et de la fonction durant les jours 1 à 7 avec l’acupression spécifique (données probantes de certitude modérée) et la TENS (données probantes de faible certitude).
  • Le traitement par opioïdes, y compris le tramadol, n’est pas recommandé, sauf dans le cas d’une lésion grave ou de traitements de première intention n’apportant pas un soulagement de la douleur.
    • Bien que les études aient révélé une réduction de la douleur avec le paracétamol associé à des opioïdes, le risque de développement d’une utilisation persistante d’opioïdes et d’événements indésirables neurologiques et gastro-intestinaux était élevé.
  • Les orientations n’incluent pas de recommandations de traitements non invasifs, ces derniers étant inclus dans des orientations distinctes.