Recommandations pour limiter le risque de mort soudaine inexpliquée du nourrisson

  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Limiter les risques de mort subite inexpliquée du nourrisson passe par :

  • Ne pas favoriser l’exposition in utero ou du nourrisson au tabagisme, à l’alcool ou à d’autres drogues.
  • Toujours coucher l’enfant sur le dos, dans une pièce aérée et non surchauffée.
  • Faire dormir l’enfant dans la chambre des parents, mais dans un lit séparé, durant les 6 premiers mois de vie.
  • Allaiter l’enfant durant au moins 6 mois.
  • Faire en sorte que l’enfant soit à jour de ses vaccinations.

Pourquoi est-ce important ?

Actuellement en France, il y aurait encore chaque année entre 300 à 400 décès liés à la mort soudaine inexpliquée du nourrisson. Ce type de décès serait la principale cause de décès avant 1 an.

Quels sont les facteurs protecteurs de la mort inexpliquée du nourrisson :

Plusieurs recommandations ont été émises par la Collège National Français des Sages-Femmes pour limiter le risque de mort subite inexpliquée du nourrisson, notamment :

  • Ne pas favoriser l’exposition in utero ou après la naissance au tabagisme, à l’alcool ou à d’autres drogues.
  • Toujours coucher l’enfant sur le dos de façon à s’assurer de la liberté de ses mouvements, dans une pièce aérée et non surchauffée.
  • Faire dormir l’enfant dans la chambre des parents dans un lit séparé, mais près du lit des parents et ce au moins les 6 premiers mois de vie. La surface de couchage doit être ferme, et la taille bien adaptée au lit et recouvert d’un drap-housse. Les sacs de couchages pour nourrissons et les pyjamas doivent être privilégiés aux draps, couvertures,… Les objets mous doivent être éloignés de la zone de sommeil de l’enfant. Une enquête française menée entre 2007 et 2009 a montré que 18% des enfants décédés de cause soudaine inexpliquée partageaient le lit de leurs parents la nuit de leur décès.
  • Allaiter l’enfant durant les 6 premiers mois de vie réduirait jusqu’à 50% le risque de mort inexpliquée du nourrisson. En revanche, le bénéfice de l’allaitement maternel chez les mères fumeuses n’a pas été établi.
  • Faire en sorte que l’enfant soit à jour de ses vaccinations afin de limiter le risque pour certaines infections bactériennes et virales. Par ailleurs, la stratégie de cocooning peut protéger le jeune enfant non vacciné contre la grippe, par exemple.