Recommandations françaises sur la dénutrition des enfants et adultes

  • Delarue J & al.
  • Br J Nutr

  • Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

The British Journal of Nutrition vient de publier les nouvelles recommandations sur diagnostic de la dénutrition chez l’enfant et l’adulte de moins de 70 ans établies par la Fédération Française de Nutrition et la HAS.

Les précédentes recommandations françaises dataient de 2003. Elles étaient devenues obsolètes et présentaient plusieurs incohérences. Par ailleurs, les experts souhaitaient harmoniser les critères diagnostiques de la dénutrition de l’enfant et de l’adulte et faciliter leur utilisation  en pratique clinique.

Une approche en deux étapes a été retenue :

  • Le diagnostic basé sur la présence d’au moins un critère phénotypique associé à au moins un critère étiologique. Avec des critères phénotypiques différents pour l’enfant et l’adulte. 
  • La gradation ensuite de la sévérité de la dénutrition.

Comment porter le diagnostic ?

Il est recommandé de dépister systématiquement la dénutrition à chaque consultation ou admission hospitalière. L’évaluation nutritionnelle doit être consignée dans le carnet de santé, le dossier médical personnel (DMP) ou dans tout autre document (rapport, correspondance vers d’autres professionnels de santé).

Le diagnostic de dénutrition est porté en présence d’au moins un critère phénotypique ET d’au moins un critère étiologique.

Les critères phénotypiques considérés sont au nombre de quatre chez l’enfant <18 ans :

  • Perte de poids ≥5% en 1 mois ou ≥10% en 6 mois, ou une perte de poids ≥10% du poids habituel.
  • Un IMC <à la courbe IOTF 18,5 (courbe de l’International Obesity Task Force prolongée, avant 2 ans, par les courbes « AFPA-CRESS/Inserm-CorpuGroup Medical 2018). Disponible ici : https://cress-umr1153.fr/index.php/courbes-carnet-de-sante
  • Une stagnation du poids conduisant à un poids situé à 2 couloirs en-dessous du couloir habituel.
  • Réduction de la masse et/ou de la fonction musculaires.

Les critères phénotypiques sont au nombre de trois chez les adultes de 18 à moins de 70 ans :

  • Une perte de poids ≥5% en 1 mois ou ≥10% en 6 mois du poids habituel.
  • IMC <18,5 kg/m2.
  • Réduction quantifiée de la masse et/ou fonction musculaires selon les seuils proposés par la HAS.

Les critères étiologiques considérés sont les mêmes pour les enfants (<18 ans) et les adultes (>18 et <70 ans) et sont au nombre de trois :

  • Réduction de la prise alimentaire >50% durant 1 semaine ou toute réduction des apports durant plus de 2 semaines par rapport à la consommation habituelle quantifiée ou aux besoins protéino-énergétiques estimés.
  • Diminution de l’absorption ou de l’assimilation des aliments.
  • Situation de stress (hypercatabolisme protéique avec ou sans syndrome inflammatoire) liée à une pathologie aiguë ou chronique ou maligne évolutive.

Comment établir la sévérité de la dénutrition ?

Elle sera jugée sévère sur la présence d’un des quatre critères suivants :

  • IMC ≤courbe IOTF 17.
  • Perte de poids >10% en 1 mois ou >15% en 6 mois par rapport au poids habituel.
  • Stagnation pondérale aboutissant à un poids situé au moins 3 couloirs en dessous du couloir habituel (3 déviations standards).
  • Infléchissement statural (avec perte d’au moins un couloir par rapport à la taille habituelle).

Le cas échéant, elle sera considérée comme modérée.

La prise en charge nutritionnelle dépendra de la sévérité de la dénutrition et pourra nécessiter au besoin une hospitalisation.