Recommandations du CNGOF concernant la contraception d’urgence

  • Hamdaoui N & al.
  • Gynecol Obstet Fertil Senol
  • 1 déc. 2018

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

En France, il existe deux méthodes de contraception d’urgence (CU) : la CU hormonale et le DIU au cuivre. La CU hormonale est soit à base de progestatif, le lévonorgestrel (LNG)– NorLevo®, soit à base d’acétate d'ulipristal (UPA), un modulateur synthétique sélectif des récepteurs de la progestérone – EllaOne®. La mifépristone (connue initialement sous le nom de RU 486) est utilisée dans l’IVG médicamenteuse, mais pas comme CU en France. Le CNGOF rappelle que la contraception d’urgence n’est pas efficace à 100% et que son efficacité est directement dépendante du délai de prise après un rapport non protégé (niveau de preuve 1-NP1).

Que retenir sur le LNG ?

  • La CU à base de LNG doit être utilisée dans les 72 heures après un rapport sexuel non protégé ou en cas d’échec d’une méthode contraceptive (NP1).
  • Plus la prise du LNG est proche du rapport à risque, plus il est efficace en termes de taux de grossesse (NP1).
  • Le LNG est d’autant plus efficace qu’il est pris à distance de la période d’ovulation (NP2).
  • Les menstruations sont plus susceptibles d’arriver précocement avec le LNG (NP1).

Que retenir sur  l’UPA ?

  • Il est recommandé d’utiliser l’UPA entre 72 et 120 h après un rapport non protégé (Grade A).
  • L’UPA est supérieur au LNG qu’il soit pris avant ou après 72 heures jusqu’à 120 heures après un rapport sexuel non protégé (NP1).
  • L’UPA retarde mieux l’ovulation que le LNG lorsqu’il est donné en période folliculaire tardive (NP1).
  • L’efficacité de la CU par UPA pourrait être diminuée par la prise d’un progestatif débuté le lendemain (NP3).
  • Les menstruations sont plus susceptibles d’être retardées avec l’UPA (NP1).
  • L’UPA a un profil d’effets secondaires similaire au LNG (NP1).
  • Entre 0 et 72 heures, le choix entre l’UPA et le LNG doit prendre en compte l’ensemble des points importants de la contraception d’urgence (délivrance en pharmacie, coût, répercussions d’une contraception hormonale après prise d’UPA) (Accord professionnel).

Que retenir sur le DIU au cuivre ?

  • Le DIU est un moyen efficace de contraception d’urgence (NP2).
  • Le DIU au cuivre peut être utilisé en CU dans les 5 jours (120 h) après un rapport sexuel non protégé ou en cas de risque d’échec d’une méthode contraceptive (NP2).
  • Le DIU au cuivre a l’avantage d’offrir une contraception à plus long terme après son insertion (NP2).

Profils particuliers de patientes

  • Le risque d’échec de la contraception d’urgence chez les patientes obèses (IMC ≥30) est multiplié par 4,4 avec le LNG et par 2,6 avec l’UPA mais l’efficacité de la contraception d’urgence reste supérieure à 95% (NP1).
  • Un IMC ≥25 augmente les risques de grossesse après la prise de LNG en contraception d’urgence (NP1).
  • Un DIU semble représenter la méthode la plus fiable en contraception d’urgence chez les patientes avec un IMC ≥30.