Recommandations de l’ASCO : la prise en charge cervicale dans le cadre du CE de la cavité buccale/l’oropharynx

  • Koyfman SA & al.
  • J Clin Oncol
  • 27 févr. 2019

  • Oncology guidelines update
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La Société américaine d’oncologie clinique (American Society of Clinical Oncology, ASCO) vient de publier des recommandations de pratique clinique concernant la prise en charge cervicale chez les patients atteints d’un carcinome épidermoïde (CE) de la cavité buccale ou de l’oropharynx.

Pourquoi est-ce important ?

  • Une prise en charge efficace de la maladie cervicale permet d’améliorer les résultats de survie des patients atteints d’un CE de la cavité buccale ou de l’oropharynx.

Recommandations principales

  • Chez les patients atteints d’un cancer de la cavité buccale :
    • Une dissection cervicale ipsilatérale et/ou une dissection cervicale controlatérale doivent être réalisées chez les patients atteints d’une maladie de stade cT2–cT4 et cN0 ; les patients atteints d’une maladie de stade cT1 et cN0 doivent faire l’objet d’une dissection ou d’une surveillance étroite à l’aide de techniques échographiques spécialisées.
    • L’administration d’une radiothérapie/chimiothérapie adjuvante peut être justifiée, selon le statut pN et les caractéristiques de la tumeur primitive, mais ne doit pas être réalisée dans d’autres cas chez les patients de statut pN0 ou présentant un seul ganglion positif sur le plan pathologique sans extension extraganglionnaire.
  • Chez les patients atteints d’un cancer de l’oropharynx :
    • Une dissection cervicale ipsilatérale ou bilatérale peut être justifiée, selon le traitement chirurgical et les caractéristiques de la tumeur.
    • Les patients atteints de métastases à distance confirmées par biopsie ne doivent pas faire l’objet d’une résection chirurgicale systématique des ganglions lymphatiques cervicaux métastatiques.
    • L’administration d’un traitement additionnel après une radiothérapie/radiochimiothérapie et la nécessité de réaliser une dissection cervicale peuvent être guidées par les résultats d’une TEP/TDM et/ou d’une imagerie transversale anatomique.

Protocole de l’étude

  • Un panel d’experts s’est appuyé sur les données probantes disponibles et sur le consensus informel pour établir ces recommandations.