Recommandation du dacomitinib comme traitement de première intention dans le cadre du CPNPC


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’Agence européenne des médicaments (European Medicines Agency, EMA) a recommandé l’autorisation de la monothérapie par Vizimpro (dacomitinib), en tant que traitement de première intention dans le cadre du cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) localement avancé ou métastatique avec mutations activant le récepteur du facteur de croissance épidermique (Epidermal Growth Factor Receptor, EGFR).

Le dacomitinib est un inhibiteur pan-EGFR (EGFR/HER1, HER2 et HER4), avec une activité contre l’EGFR muté présentant des délétions dans l’exon 19 ou une substitution de L858R dans l’exon 21.

Les recherches antérieures ont démontré que le dacomitinib améliore de façon significative la survie sans progression (SSP), par rapport au géfitinib, dans le cadre du traitement de première intention des patients atteints d’un CPNPC avec mutation de l’EGFR.

Dans le cadre de l’étude internationale, multicentrique, de phase III ARCHER 1050, à un suivi médian de 22,1 mois, la SSP médiane était de 14,7 mois (IC à 95 % : 11,1–16,6) dans le groupe dacomitinib et de 9,2 mois (IC à 95 % : 9,1–11,0) dans le groupe géfitinib (risque relatif de 0,59 ; IC à 95 % : 0,47–0,74 ; P 

Les événements indésirables de grade 3-4 les plus fréquents étaient la dermatite acnéiforme (14 % du groupe dacomitinib, contre 0 % du groupe géfitinib), la diarrhée (8 % contre 1 %) et des taux augmentés d’alanine aminotransférase (1 % contre 8 %).

Les recommandations détaillées pour l’utilisation du dacomitinib seront publiées dans le Rapport européen d’évaluation publique (European Public Assessment Report, EPAR) et seront disponibles dans toutes les langues officielles de l’Union européenne une fois que l’autorisation de mise sur le marché aura été accordée par la Commission européenne.