Récidive du cancer du poumon après la RTSC : les caractéristiques de risque élevé à la TDM ont été identifiées

  • Kim TH & al.
  • Eur J Radiol
  • 7 avr. 2020

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Sept caractéristiques de risque élevé (CRE) à la tomodensitométrie (TDM) pourraient aider les cliniciens à identifier la récidive locale chez les patients qui font l’objet d’une radiothérapie stéréotaxique du corps (RTSC) dans le cadre du traitement du cancer du poumon.

Pourquoi est-ce important ?

  • Bien qu’un suivi par TDM soit standard après une RTSC, des anomalies parenchymateuses pulmonaires complexes bénignes peuvent se former jusqu’à deux ans après la RTSC, ce qui représente un obstacle à la surveillance de la récidive locale.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir de 8 études menées auprès de 356 patients atteints d’un cancer du poumon, qui avaient fait l’objet d’une RTSC suivie d’une TDM afin de détecter une éventuelle récidive locale.
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH).

Principaux résultats

  • 18,8 % des patients ont présenté une récidive locale.
  • Comparativement aux changements bénins survenant après une RTSC, la survenue d’une récidive locale après la RTSC était significativement plus probable (rapports de cotes [RC]) chez les patients présentant :
    • une disparition démontrée du bronchogramme aérique : 7,15 (P 
    • une marge de protrusion : 24,12 (P 
    • une croissance dans l’axe craniocaudal : 26,07 (P 
    • une extension après 12 mois : 28,11 (P 
    • une extension de l’opacité : 7,92 (P = 0,02) ;
    • une disparition de la marge linéaire : 29,24 (P 
    • une extension séquentielle : 83,23 (P 
  • La présence d’un épanchement pleural n’était pas associée de manière significative à la récidive locale.
  • Une extension après 12 mois était la CRE la plus fréquente (présente chez 91,5 % des patients présentant une récidive).

Limites

  • Les études incluses comprenaient des échantillons de petite taille.