Rapport de consensus : l’IRM de contraste est supérieure à la TDM pour le dépistage des foies cirrhotiques

  • Zech CJ & al.
  • Eur Radiol
  • 5 août 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’IRM rehaussée par acide gadoxétique offre une meilleure sensibilité diagnostique que la tomodensitométrie (TDM) pour le diagnostic du carcinome hépatocellulaire (CHC), d’après le consensus des radiologues présents à l’occasion du huitième Forum international sur l’imagerie par résonance magnétique du foie (International Forum for Liver Magnetic Resonance Imaging), organisé en 2017.
  • Au total, 20 déclarations de consensus sont présentées dans le rapport de consensus.

Pourquoi est-ce important ?

  • Un diagnostic précoce du CHC pourrait être associé à un meilleur pronostic.

Protocole de l’étude

  • La revue de la littérature et le rapport des recommandations consensuelles (accord de plus de 50 % des 119 radiologues) étaient axés sur l’utilisation de l’acide gadoxétique pour réaliser une IRM de contraste, chez des patients atteints d’une cirrhose hépatique et présentant d’autres facteurs de risque, ainsi que sur les opportunités et les difficultés associées.
  • Financement : Bayer HealthCare.

Principales déclarations de consensus

  • L’IRM rehaussée par acide gadoxétique est supérieure à la TDM pour le diagnostic du CHC, en s’appuyant sur un hyper-rehaussement lors de la phase artérielle et sur une hypointensité lors de la phase hépatobiliaire (PHB).
  • L’hypointensité lors de la PHB de l’IRM rehaussée par acide gadoxétique offre la meilleure sensibilité pour le diagnostic des nodules dysplasiques de haut grade, du CHC précoce, du stade préopératoire du CHC et de la réponse après la résection.
  • Des recherches sont nécessaires afin de raccourcir la durée de l’examen d’imagerie (qui dure actuellement entre 35 et 40 minutes) et de permettre des approches en respiration libre. 
  • Des recherches sont également nécessaires afin d’identifier le rôle de la PHB dans le cadre de la prédiction de l’invasion microvasculaire.

Limites

  • Niveau normalisé des données probantes rarement rapporté pour les déclarations de consensus.
  • La sensibilité de l’IRM rehaussée par acide gadoxétique n’a pas été précisée.