Quels sont les risques liés à la grossesse chez une femme schizophrène ?

  • Etchecopar-Etchart D & al.
  • Mol Psychiatry

  • Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Pour la première fois, une méta-analyse vient de compiler les données des complications obstétricales et périnatales de ces femmes.

À retenir

  • Les résultats confirment que la schizophrénie chez la mère est associée à un risque augmenté d’accouchement prématuré, de mortalité à la naissance ou infantile, et à un risque métabolique chez la mère.
  • Ces données soulignent l’importance de mettre en place un accompagnement spécifique des femmes atteintes de schizophrénie en cas de grossesse.

Pourquoi est-ce important ?

Les femmes enceintes atteintes de schizophrénie représentent une population extrêmement vulnérable et qui ne bénéficie pas encore suffisamment de travaux de recherche. Or, à travers le monde, cette maladie mentale concernerait près de 10 millions de femmes. 

Méthodologie

Cette méta-analyse a identifié toutes les études publiées jusqu’au 30 septembre 2021 ayant évalué les complications maternelles et infantiles liées à la schizophrénie chez des femmes atteintes de schizophrénie.

Principaux résultats

Cette méta-analyse a inclus 21 études de population issues de 11 pays à revenu élevé, correspondant à 38.680 femmes atteintes de schizophrénie ainsi que leurs nouveau-nés et 40.926.243 femmes témoins.

Par rapport aux femmes témoins, les femmes atteintes de schizophrénie étaient plus âgées (différence moyenne de 1,74 ans), vivaient plus souvent sans compagnon (OR 3,78) et appartenaient à un niveau socio-économique plus faible (OR 1,77). Elles étaient également plus souvent fumeuses (OR 4,87), et plus utilisatrices de drogues illicites (OR 13,33) que les femmes témoins. Enfin, elles étaient également plus susceptibles d’être obèses (OR 2,38), d’avoir une hypertension avant leur grossesse (OR 1,77) ou un diabète (OR 3,09) que celles qui n’étaient pas atteintes de schizophrénie. 

Par rapport aux femmes témoins, les grossesses chez les femmes atteintes de schizophrénie étaient associées à risque accru de :

  • Complications obstétricales : diabète gestationnel (OR 2,35), hypertension gestationnelle (OR 1,55), pré-éclampsie/éclampsie (1,85), hémorragie ante-partum (OR 2,28), rupture prématurée du placenta (OR 2,20), risque de travail prématuré (OR 2,91).
  • Complications à l’accouchement : césarienne (OR 1,33), hémorragie post-partum (OR 1,14), souffrance fœtale (OR 1,80).
  • Complications néonatales et dans la petite enfance :  petite taille pour l’âge gestationnel et faible poids à la naissance (OR 1,63 et 1,75), malformations congénitales (OR 1,86), mortalité à la naissance (OR 2,06), mortalité infantile (OR 2,33).

Principales limitations

Aucune étude n’a été menée dans des pays à faible revenu où les problèmes de santé des femmes atteintes de schizophrénie sont probablement encore plus prononcés.